Le coin du polar… coréen

La pub le dit, elle doit avoir ses raisons, que la raison sûrement ne connaît pas : le polar coréen prendrait la place du polar scandinave. Pourquoi cette exclusion en forme de guerre des polars ? Le polar est un tout en étant multiple. Signaler les points communs et les spécificités serait un travail intéressant et existant.
Évitons donc les affrontements. Le monde du polar s’élargit chaque jour. Il serait incompréhensible d’exclure un style pour un autre. Il est de fait que chaque pays ou groupe de pays, construit par ses paysages, ses villes, son histoire, son contexte politique, des trames, des drames, des intrigues qui décrivent les tares de leur société. Il est loisible de chercher des références communes à ces sociétés. Le polar, en général, possède la faculté d’ouvrir la voie à plusieurs niveaux de compréhension et de dénonciation. Un auteur, autrice qui n’a pas la capacité de se révolter n’écrit un polar mais un roman à l’eau de rose.
Le polar coréen donc. Une autrice, Seo Mi-ae et un auteur, Kim Un-su pour deux manières de raconter la Corée du Sud, ses rapports sociaux, de couple, des rapports avec les enfants ainsi que les bas fonds et les guerres de clans pour faire la loi sur un territoire. Pour permettre la connaissance des auteurs, il fallait bien une maison d’édition appelée « Matin calme », le surnom de la Corée, qu’elle soit du Sud ou du Nord. Continuer la lecture

Le coin du polar : d’un Lovecraft déminé à « La tempête » de Shakespeare en passant par Israël, le polar reste la littérature de notre temps.

Lovecraft en Noir
Le monde de Lovecraft fait partie du fantastique, univers de la terreur où n’importe quel objet peut se transformer menace et arme de destruction. Peuplé de créatures bizarres et de sorciers dotés de pouvoirs mystérieux, l’être humain doit sublimer ses fantasmes pour lutter et survivre.
« Lovecraft country », indique que la référence sera la création littéraire de cet auteur additionné d’autres évocations d’auteurs de science-fiction pour jeter ces germes dans les États-Unis de 1954, à Chicago et en faire l’intrigue d’une loge franc-maçonne africaine-américaine. Le racisme est ouvert surtout franchit les limites de la Ville, plus spécifiquement les frontières des deux ghettos. Un racisme assassin. Circuler pour les Noirs est déjà un univers fantastique. Le monde de Lovecraft, du coup, fait figure d’une peur moins grande que la peur quotidienne, que le simple fait de circuler. Continuer la lecture

Le coin du polar

De l’Amérique de Trump à celle de 1950, en passant par Parme.

L’Amérique de Trump
Curieuse histoire que raconte Frédéric Andrei dans « La reine des putes », un titre qui attire l’attention mais aussi la détourne. Une histoire de San Francisco, de ces anciens hippies qui atteignent la cinquantaine et ne veulent pas abandonner les rêves de leur adolescence tout en tombant, une fois encore, dans l’amour. Une autre trajectoire rencontrera la précédente de laissés pour compte de cette société inégalitaire. Le tout synthétisé par deux figures de femme. La révolte est drainée par ces sociétés pétrolières qui exploitent le gaz de schiste responsables de dégâts durables sur l’environnement. Lecture essentielle qui guérit de toutes les publicités sur la nécessité d’explorer cette ressource. Le ,prix à payer est énorme non seulement sur les terres arables mais aussi sur la population. Continuer la lecture

Le coin du polar

Un cri de révolte.
« Vanda », un prénom bizarre issu d’une chanteuse des années 1960, Wanda Jackson bien oubliée de nos jours, est une jeune femme, mère célibataire volontairement, femme de ménage dans un hôpital psychiatrique. Précaire, elle est variable d’ajustement de la rentabilité de l’établissement et sujette aux convocations de la DRH. Marion Brunet fait le constat de la brutalité des relations sociales et de travail comme de la situation de ces établissements laissés trop souvent à l’abandon par les gouvernements. La grève est la seule réponse possible. La manifestation est sauvagement réprimée.. Portrait, surtout d’une féministe en butte à tous les préjugés, y compris celui de la paternité via son ancien amant qu’elle a quitté. Son fils, qu’elle a appelé Noé, serait-il la solution à la crise climatique qui exerce ses effets dans cette localité prés de Marseille ?

Malaise islandais
Arnaldur Indridason est le grand auteur de polar mondialement reconnu. Il a créé un nouvel enquêteur, Konrad, un policier à la retraite. Trois meurtres sont à son menu. Deux jeunes femmes, l’une en 1947, l’autre plus récemment et celui de son père. Conduire ces trois enquêtes est un travail à plein temps. S’entremêlent vivants et fantômes dans cette histoire où la police n’a pas cherché plus loin que le bout de son nez. Ne dit-on pas qu’un vivant est entouré d’au moins 6 fantômes qu’il trimbale en lui soufflant dans le cou et les oreilles des pensées étranges ? « Les fantômes de Reykjavik » est une ballade dans le temps en un espace réduit pour rendre compte du malaise dans la civilisation.

New York, 1912
« Une mort sans importance » est la deuxième enquête de Jane Prescott, dame de compagnie de la famille Benchley mise en scène par Mariah Fredericks dans l’ambiance de New York de 1912, traumatisé » par le naufrage du Titanic. Le contexte : la lutte des classes entre « aristocratie » – ici les Tyler – et classe ouvrière, la main mise de la mafia sur la ville et ses activités souterraines et New York à l’aube de la domination des Etats-Unis sur le monde. Un portrait historiquement juste. Le meurtre d’une nurse italo-américaine, de cette immigration marquante de ces débuts du 20e, servira de révélateur des secrets de la classe dominante par l’intermédiaire de la grande détective qu’est Jane.

Anti colonialiste
1885 dans le Queensland, Australie. Sécheresse – une plaie structurelle – qui conduit à la faillite cette famille de colons installé dans cette région. L’assassinat du père et de la mère conduira à une chasse à l’homme forcément aborigène sous le commandement de l’inspecteur Edmund Noone chargé d’imposer la terreur aux indigènes pour faire respecter l’ordre colonial. Paul Howard est dans la lignée de Arthur Upfield, créateur du polar ethnologique et anticolonialiste patenté. « Le diable dans la peau » permet à Paul Howard de crier sa haine de la colonisation tout en réalisant un véritable travail d’historien. Pour comprendre l’Australie d’aujourd’hui.
Nicolas Béniès
« « Vanda », Marion Brunet, Albin Michel ; « Les fantômes de Reykjavik », Arnaldur Indridason, traduit par Eric Boury, Métailié/Noir ; « Une mort sans importance », Mariah Fredericks, traduit par Corine Derblum, 10/18, Grands Détectives ; « Le diable dans la peau », Paul Howard, traduit par Héloïse Esquié, Folio/Policier.

Le coin du polar… polonais

La Pologne réelle, corruption à tous les étages

Wojciech Chmielarz est un des grands auteurs « noirs » polonais. « La Colombienne », son livre précédent, avait présenté ses deux doubles révoltés Mortka, l’inspecteur chargé des enquêtes – dit le « Kub » -, et son équipière, le lieutenant Suchocka – dite « La Sèche » – que l’on retrouve dans cette nouvelle enquête à tiroirs, inscrite cette fois dans le marigot politique.
Une jeune femme d’origine ukrainienne, journaliste en herbe et baby-sitter d’un politicien retiré, viré par ses pairs pour corruption, un mal très répandu, qui cherche à revenir sur le devant de la scène politique. Le tout se passe dans « La Cité des rêves », qui donne son titre au roman, un ensemble huppé avec gardien et jardin intérieur. Continuer la lecture

Le coin du polar

Polars « historiques »
L’actualité éditoriale mêle rééditions et nouveautés pour nous faire sentir le poids de l’Histoire, des mémoires. La France se mêle au Japon et à l’Albanie poour éviter l’oubli et faire ressentir, via les codes du polar, les contraintes qui pèsent sur les individus et l’ascension des moins sensibles à la morale, à l' »thique. Jean Meckert écrit sur les illusions perdues de la Résistance, de ces copquins qui se hissent au premier plan sans avoir participé au combat, de ces collabos qui reprennent le haut du pavé. Inacceptable ! Seichô Matsumoto se penche sur les vies bouleversées par la guerre, par les bombardement américains qui obligent, pour la survie, à transgresser les règles et Danü Danquigny décrit le passage de l’Albanie de la dictature au néolibéralisme, autre forme de dictature. Dans chaque pays, la « victoire » des truands et de la corruption généralisée.
il fallait un peu de rire, de revanche dans ce monde grisâtre. Hannelore Cayre, via la lutte des femmes, nous en fait le cadeau via la reconnaissance de paternité remontant à… 1871 ! Continuer la lecture

Le coin du polar (1)

Une histoire des Etats-Unis : les sixties.

Les années 1960 sont des années de mort, l’assassinat de John Kennedy en 1963, celui de son frère, Robert le 6 juin 1968 et entre celui de Malcom X le 21 février 1965 et de Martin Luther King le 4 avril 1968 et de créations folles comme la musique soul, celle de James Brown d’abord et le free jazz qui cohabitent pour exprimer la rage, la colère contre cette société raciste et qui veut le rester. Malcom comme Luther King avaient compris le lien qu’il fallait faire pour le combat de classe et de race entre le politique, le social et la lutte contre la guerre du Viêt-Nam. Un programme qui dépassait les droits civiques pour les englober dans la mise en cause d’une société capitaliste embourbée dans la défense de ses intérêts particuliers. La ligne politique s’est incarnée dans le responsable du FBI, Edgar J. Hoover décrit dans toute sa plénitude par Clint Eastwood dans « Edgar J. ». Anti-communiste, raciste, homophobe – pourtant homosexuel -, le directeur du FBI faisait passer ses phobies avant la lutte contre le crime organisé. Continuer la lecture

Le coin du polar (2)


La guerre de 100 ans vue par des Angles – le nom des Anglais – habitants de Paris.

Jean d’Aillon poursuit les chroniques d’Edward Holmes et Gower Watson inspirées par Conan Doyle – il faut reconnaître l’intrigue – et habillées par les descriptions de la situation politique et militaire de la guerre qui se poursuit entre les armagnacs et les Bourguignons.
« La danse macabre » se situe en 1425 et voit Holmes – un clerc rappelons-le – et Watson s’affronter à leur ennemi redoutable, « le César du crime », James Moriarty qui se présente comme un mage pour faire couleur locale. Jean d’Aillon reprend la double fin de Doyle. Dans un premier temps il avait tué son personnage de détective un peu encombrant pour le réanimer ensuite sous la pression du public et de sa mère.
L’auteur sait réinvestir dans le contexte les intrigues de Doyle et en profite pour décrire vêtements, habitations, environnement tout autant que l’histoire de cette période pour le moins troublée. Jeanne d’Arc arrivera bientôt…
« La maison de l’abbaye », situé un peu avant, fin 1424, tient dans la rationalité de deux assassinats de femmes dans la même maison presque simultanément. Que s’est-il passé ? Qui est coupable ? L’une d’entre elle a été dépecée, l’autre nom. Etrange n’est-il pas ? Grâce à une loupe, Holmes expliquera ce double meurtre. Jean d’Aillon se laisse quelquefois aller à un cours d’architecture ou d’histoire du vêtement sans lasser le lecteur qui aime voir reculer la solution pour savourer ses intuitions.
Nicolas Béniès.
« La danse macabre », « La maison de l’abbaye », Jean d’Aillon, 10/18.

Des cadeaux à (se) faire.

Le Père Noël n’est pas toujours nécessaire pour faire des cadeaux. Toutes les périodes de l’année sont propices. Par les temps qui courent – et vite – il est nécessaire de se référer plutôt à la Mère Noël, c’est plus sur. Les cadeaux les plus importants ne sont pas forcément les plus chers ni les plus en vue. Il faut toujours se méfier d’un produit, d’un bien qui plait immédiatement. Il vaut mieux viser le moins évident, le plus hermétique pour un cadeau qui durera.
Mais ne gâchons pas le plaisir. Celui d’offrir bien sur. Un bon moyen de lutter contre la dépression qui vous prend devant la profusion de marchandises. Un cadeau, ce peut être un livre de poèmes. Il faut savoir y penser. Continuer la lecture

Le coin du Polar

Polar historique : entrer dans la « guerre des Deux Roses »
Paul Doherty, médiéviste dans le civil et auteur de plusieurs séries, nous entraîne avec ce nouveau « grand détective », Christopher Urswicke un peu aussi agent double, dans l’Angleterre de la Guerre des deux Roses, en mai 1471 pour le début de cette saga. Le personnage central est « La reine de l’ombre », titre de cette première enquête, soit Margaret Beaufort, mère du futur roi. L’ombre pour définir le pouvoir de cette femme qui met tout en œuvre pour sauver son fils et le faire accéder au trône. En 1471, les York triomphent dans le sang. Ils cherchent à supprimer tous les prétendants possibles qui pourraient mettre en cause leur légitimité et leur descendance. Continuer la lecture