Lectures d’été.

Polar


Les mois d’été sont propices à des découvertes, de celles qui obligent à revenir sur des parutions passées – et le passé se fait de plus en plus pressant, de plus en présent, six mois de garde chez les libraires, après le livre disparaît – mais qu’il faut découvrir ou redécouvrir en profitant d’une réédition en poche par exemple. Il faut éviter ce règne de l’idéologie de la modernité, de la nouveauté pour la nouveauté. Prendre le temps est vital. Les vacances servent aussi à étirer ce temps qui n’en finit pas d’être immobile nous forçant à bouger. Se mettre en vacances, en jachère pour profiter de ses lectures, pour rêver tout simplement. En restant éveillé, à l’affût.

Lire la suite