UP jazz du 11 décembre 2019

Bonjour,

Comme annoncé nous restons dans les images sonores de Blue Note de la ville de New York. Un saxophoniste alto sera une des voix de la Ville.
Jackie McLean, né à New York le 17 mai 1931 – à Harlem exactement – voulait jouer du saxophone ténor. Sa mère n’a pu lui acheter qu’un saxophone alto. Déception du gamin. Il n’aura de cesse que de faire sonner son alto comme un ténor. Sa sonorité déchire gorgée qu’elle est de « trips », de rêves, de cauchemars, de racisme au quotidien, d’une vie qui ne trouve sa place que dans le jazz en incarnant le jazz. Jackie, junky – Le Bird est malheureusement passé par là, il n’a fait que s’envoler – connaîtra les tréfonds de la société. Il sait les évoquer admirablement. Il descend lui, il ne s’envole pas. Le pied au plancher. la vitesse de New York c’est la sienne, les déréglemente de la Ville sont les siens, les échappées loin de tout le font déraper sur un sol déjà mouillé. Il commence à s’éloigner du hard bop pour ouvrir des portes nouvelles vers la révolution des structures du jazz, abordant les rives dessinées par la « Révolution d’octobre » initiée par Cecil Taylor en compagnie notamment de Archie Shepp. Son saxophone crie, gémit, rit pour se trouver sur une longueur d’onde différente qui lui permettra de faire équipe avec Ornette Coleman, le type même de l’artiste maudit. Ornette fera, un temps, partie de l’écurie Blue Note. Ornette et Jackie se servent de la tradition dans ce « New and Old Gospel » pour faire surgir la modernité, une autre manière de la servir. il fallait la dynamiter pour la rendre actuelle. Continuer la lecture

Pour Django

Django Reinhardt, créateur d’un pan de la culture française.

Notre époque est paradoxale et notre monde moderne pétri de contradictions. Cette année 2010 l’a montré une fois encore et sous des couleurs cruelles. Janvier a été marqué par le centenaire de Django Reinhardt, guitariste manouche, génie de la musique en général et du jazz en particulier, juillet a vu s’ouvrir la chasse aux Roms, aux Tsiganes dont fait partie intégrante les Manouches. Comme si Sarkozy voulait détruire une partie de la culture française comme mondiale. C’est d’autant plus réel que le « jazz manouche » est désormais joué, rejoué, interprété par une grande partie des jeunes gens et jeunes filles qui font ou écoutent de la musique. Regardez autour de vous. Sanseverino, Thomas Dutronc et beaucoup d’autres utilisent les compositions de Django et sa formule, le quintet du Hot Club de France – une trouvaille de Charles Delaunay, le premier discographe du jazz – pour convaincre les foules de son actualité, de sa présence continue. Continuer la lecture

Pour la session du 20 novembre 2019 UP jazz

Bonjour,

Pour cette session, nous restons chez Blue Note. New York a plusieurs sons mais entre le milieu des années 1950 jusqu’en 1970, c’est B lue Note qui la fera danser. Blue Note est tellement associé à la Ville que les rappers se serviront des disques Blue Note pour leur musique de fond.
Le jazz est considéré comme une musique de sauvages et, sur ce terrain concurrence le rock en train de naître via le succès de Elvis Presley dés 1954.
A partir de ce milieu des années 50, le hard bop tient le hard bop tient le haut du pavé. Le pianiste compositeur Horace Silver en est l’un des fondateurs comme Art Blakey batteur. Nous les avons déjà entendu ensemble l’an dernier. Ils se sépareront. Et Blakey reprendra le nom des « Jazz Messengers » qui deviendra une véritable école pour futurs leaders de groupes. Passeront ainsi les trompettistes Lee Morgan et Freddie Hubbard, les saxophonistes Hank Mobley, Benny Golson, Wayne Shorter, les pianistes Bobby Timmons – le compositeur de « Moanin' » – Cedar Walton et une pléiade d’autres.
Alfred Lion restera actif pendant toute cette période, faisant confiance à ses talent scout.
Deux grands succès marqueront les années 60, années de bouillonnement, de transformations totales, « Song for my Father » de Horace Silver et « The Sidewinder » de Lee Morgan de la même année. Apparaissent John Coltrane, Albert Ayler, Ornette Coleman, Cecil Taylor… Blue Note les enregistrera quasiment tous. Une exception Ayler.
Après Jimmy Smith, Larry Young dessinera un autre contour de l’orgue. Blue Note lui donnera la capacité de se faire connaître en compagnie du vibraphoniste Bobby Hutcherson, du guitariste Grant Green, du saxophoniste Sam Rivers et de Tony Williams.
Herbie Hancock, Wayne Shorter feront aussi partie de « l’écurie » Blue Note…
A vous voir,
Nicolas

Université populaire JAZZ 2019-2020

Bonjour,
Pour cette année, comme annoncé, nous restons à New York City, ville-monde qui, comme le dit la chanson, ne dort jamais. Le film de Martin Scorcese « New York » a su saisir la Ville et, dans le même mouvement, faire comprendre la différence entre la variété – incarnée de très belle façon par Liza Minnelli qui sait émouvoir – et le jazz, l’œuvre d’art. Le thème de New York, New York traverse tout le film. La différence est subtile mais elle existe entre le saxophone ténor et l’interprétation de Liza. Son personnage s’explique en disant à De Niro qui incarne Georgie Auld qu’elle a transformé les accords. Il fallait, dans le sens fort du terme, que la chanson soit audible par le plus grand nombre. Continuer la lecture

Basculement du monde

Les crises sont-elles inéluctables ?

La crise systémique de 2007-2008 a ouvert une nouvelle période dans l’histoire du capitalisme. Elle appelait à des révolutions pour répondre au basculement du monde. Les gouvernants se sont enlisés dans des politiques néolibérales qui avaient démontré à la fois leur nocivité et leur incapacité de répondre aux enjeux de la nouvelle donne. Il était logique que les répliques – pour employer le langage des tremblements de terre – de plus en plus fortes se manifestent. La fin de cette année 2019 est en train d’en faire la démonstration. Continuer la lecture

Université populaire jazz

Bonjour,

Comme promis à la fin de l’an dernier, pour cette année scolaire, je vous donne des nouvelles. Et une bonne : l’UP de Caen rouvre ses portes. la séance inaugurale aura lieu à l’amphithéâtre du Musée des Beaux-Arts le 10 octobre à 18 heures. Vous êtes évidemment conviés. Il faut montrer aux institutions que l’UP est encore capable, malgré une nouvelle structuration – le départ de Michel -, d’accueillir un public nombreux à la recherche d’analyses pour appréhender un monde de plus en plus bizarre et dangereux.

Le jazz aura lieu au Café Mancel comme d’habitude, le mercredi, à un horaire inchangé 18h – 19h30. Nous poursuivrons, cette année sur la lacée de l’an dernier. Nous resterons à New York et d’abord en compagnie de Blue Note pour dessiner le rôle qu’à joué ce label dans la mythologie de la Ville. Quelques autres labels indépendants suivront, notamment Atlantic pour finir sur les sons de la Ville : Duke Ellington, Thelonious Monk bien sur mais aussi Jackie McLean et quelques autres. Un programme pas très détaillé mais qui indique les grands stations de cette année.

Premier cours le 6 novembre.

A vous revoir ou voir.

Nicolas.

Jazz, le passé dans le présent.

Petit voyage dans les temps du jazz via les nouveautés

La musique sur le Net est en perte de vitesse. Le streaming ne fait plus recette. Le retour du Vinyle est un indice. La musique compressée est-elle encore de la musique ?
Les parutions de CD restent multiples. Certains prétendent qu’elles sont trop nombreuses. Il faut, pourtant, répondre à tous les goûts. A travers ses âges, le jazz s’est démultiplié. Sous ce vocable se dissimulent plusieurs époques, plusieurs styles, plusieurs références. Faut-il, pour autant, le mettre au pluriel ? Je ne le crois pas. Il reste une musique issue de la déportation des Africains sur le sol américain, du brassage en résultant de la fusion entre les cultures africaines, européennes et amérindiennes. Le tout procédant d’un processus d’acculturation. Depuis, les affluents se sont multipliés pour dessiner un paysage plus coloré, plus touffus dans un environnement idéologique – le dit libéralisme ou le post modernisme – qui fait s’évanouir le collectif. L’impression du pluriel vient de l’éclatement des formes du jazz, comme dans toutes les disciplines artistiques. La décomposition n’est pas visible seulement sur le terrain politique, elle est aussi à l’œuvre culturellement. Le jazz est, de ce point, de vue, un bon révélateur.

Il n’empêche que tout n’est pas à jeter. Le processus de décomposition se traduit par des enregistrements qui valent le détour. Le 21e siècle n’est pas vide mais la révolution esthétique se fait attendre. Continuer la lecture

Le jazz dans toutes ses facettes.

Actualités du livre sur le jazz

Coltrane encore et toujours.
Coltrane est mort en juillet 1967. Plus de 50 ans. Et son tombeau est resté ouvert. Sa musique fraternelle, universelle laisse tomber des gouttelettes pour fertiliser un sol qui en a besoin. Il a su faire reculer le gris qui a tendance à envahir le monde. Le « jeune homme en colère » – comme la critique le qualifiait au début des années soixante – s’est transformé en esprit mystique et facétieux, un génie venu habituer notre monde temporairement. Personne ne s’en est vraiment remis. La parution d’un double album miraculeusement retrouvé de 1963 vient, une fois encore, en faire la démonstration. « Both Directions at Once » a été le titre choisi par Universal pour refléter La nouvelle direction prise par Coltrane.
Jean Francheteau, aujourd’hui organisateur de concert, s’est arrêté sur « La décennie fabuleuse », 1957-1967, de « John Coltrane », titre de sa quête. Il passe en revue les enregistrements du saxophoniste, d’abord chez Prestige, puis chez Atlantic et enfin Impulse. Sur ce dernier label, Bob Thiele l’a beaucoup sollicité, au-delà de ce que demandaient les propriétaires. Heureusement. Après la mort de Trane – comme tout le monde l’appelle -, les sorties d’albums posthumes ont permis de le garder vivant. Continuer la lecture

L’art en questions

Qu’est-ce l’art au 20e siècle ?

Dans une série de petits livres dont « Les arts du 20e siècle » marque la conclusion, Carole Talon-Hugon propose « Une histoire personnelle et philosophique des arts », une réflexion sur la place des arts à travers les siècles et le rôle de l’artiste. Le 20e siècle est un siècle de déstructurations de tous les arts construits dans les siècles précédents. Les formes sont multiples qui remettent en question à la fois la notion d’Art – et même celle d’art – comme la définition de l’artiste. La figure emblématique est celle de Marcel Duchamp et de ses « Ready Made » qui ratent leur définition entre le lard et le cochon. Une roue de vélo dans un musée, c’est de l’art, une manière d’utiliser la sociologie de l’École de Chicago pour qui les lieux sont essentiels pour qualifier l’œuvre d’art.
La tendance du siècle d’ouverture des formes artistiques – l’art brut par exemple – viendra pervertir le champ même des arts. L’artiste n’est plus celui qui fait mais celui qui agit. Toutes les représentations sont bousculées. Elle insiste sur cette idée que l’art n,’existe que via les discours sur l’art qui structurent notre manière d’appréhender les œuvres en question. Pour compliquer encore cette question des arts, le cinéma – comme le jazz, dont elle ne parle pas – ont des liens avec l’industrie, avec la marchandise, avec la reproduction à l’identique. Le Bauhaus avait trouvé une solution, le design qui permettait de lutter contra le marchandisation tout en comprenant les besoins du plus grand nombre.
Un petit livre riche d’interrogations sur notre manière de voir le monde et sur nos représentations.
Nicolas Béniès.
« Une histoire personnelle et philosophique des arts, Les arts du 20e siècle », Carole Talon-Hugon, PUF