JAZZ, Cecil Taylor, départ pour l’éternité.

Ne rien oublier.

Un auteur, que je ne citerai pas, vient de commettre un ouvrage sur Chopin. La belle affaire me direz-vous. Cette publicité m’a conduit à me demander si, en remplaçant Chopin par Cecil Taylor, l’éditeur se serait fendu d’une publicité. La réponse négative s’impose d’elle-même. Pourtant, Cecil fait plus partie de notre présent que Chopin. Je ne demande pas que Chopin soit ignoré mais que puisse se faire reconnaître, le génie intransigeant de Cecil Perceval Taylor, mort à Brooklyn le 5 avril 2018. Lire la suite

Eric Dolphy, enfin !

Une biographie nécessaire.

Écrire une biographie n’est pas toujours un instrument de connaissance de celui ou de celle figé-e dans une curieuse éternité. Figer un individu dans sa vie, le vider de tous ses possibles conduit à l’embaumer pour mieux l’oublier. La biographie est un art difficile.
Paradoxalement le jazz résiste à l’enterrement, à la commémoration. Pas toujours, il va sans dire mais souvent la biographie permet de rendre la vie à un musicien trop tôt disparu de nos écrans. L’explication réside dans l’imbrication de la vie des musicien-ne-s de jazz avec la création.
Guillaume Belhomme, prenant en compte l’absence au mieux, le dénigrement au pire de Eric Dolphy a voulu proposer cette biographie. Né le 20 juin 1928 à Los Angeles, Dolphy est mort en Allemagne le 29 juin 1964, à 36 ans quasiment pile, d’un diabète non diagnostiqué. Il a payé le prix fort de clichés sur les musiciens de jazz tous junkies. Ses symptômes n’ont jamais été pris au sérieux. C’est une première entrée qui lutte contre les rumeurs dont l’une dit qu’il avait peur des médecins et ne voulait pas aller à l’hôpital. Lire la suite

Un essai de Laurent Cugny

Qui est Hughes Panassié ?

Hugues Panassié, un des premiers critiques et discographe du jazz a suscité émois, idolâtrie et rejets. Il a souvent été présenté – je l’ai fait dans « Le souffle de la liberté » – comme « collaborateur » pendant la deuxième guerre mondiale. Le « Pape de Montauban » comme l’appelait à la fois ses thuriféraires et ses détracteurs, a beaucoup écrit et dans beaucoup de publications y compris pendant cette période tout en restant enfermé dans Montauban.
Comment rendre compte de « l’œuvre panassiéenne et sa réception » ? Laurent Cugny s’est donné cet objectif dans cet essai biographique limité à la période qu’il analyse dans le tome 1 de son « Histoire générale du jazz en France » (Outre Mesure, 2014), autrement les années 1920-1930 avec quelques incursions dans d’autres œuvres de Panassié en forme d’autobiographie.
« Hugues Panassié » – titre aussi de cet ouvrage – publie « Le Jazz Hot » en 1934. Il a alors 22 ans et c’est sa première incursion dans l’édition. En 1936, il sera traduit aux Etats-Unis. Rentier, il a l’argent pour acheter les disques et le temps de les écouter. Il fait aussi un travail de recherches discographiques en demandant à chaque jazzman qui vient en France les noms des musicien-ne-s présent-e-s dans le studio pour tel ou tel enregistrement. Un peu plus tard, pour « Swing – le label qu’il fonde avec Charles Delaunay – il organisera une séance d’enregistrement avec le poète Pierre Reverdy, une rencontre réussie avec le jazz. Lire la suite

JAZZ, De Bechet à Jaspar

Mémoires.

La mémoire du jazz se conjugue souvent au pluriel. Quelque fois même elles se télescopent pour faire surgir un futur qui le fait paraître totalement différentes. C’est une des raisons pour lesquelles les rééditions sont nécessaires. Pas n’importe lesquelles. Celles qui font l’objet d’un travail de mémoire, de poètes pour expliquer, mettre en scène le passé et en faire un lieu de possibles.
Jouer avec la mémoire, les mémoires, c’est le propre du jazz qui n’oublie rien. L’oubli est un gouffre. Là git sans doute la difficulté du jazz, l’inclure dans le murmure du temps.
La collection Quintessence dirigée par Alain Gerber nous propose deux plongées dans cette mémoire, Sidney Bechet d’abord, Bobby Jaspar ensuite, pour faire des rapprochements étranges et porteurs d’avenirs. Lire la suite

L’assassinat de Martin Luther King

L’autre cinquantenaire

Le 4 avril 1968, le pasteur noir opposé à la guerre du Vietnam, Marin Luther King tombait sous la balle d’un tireur d’élite. Une seule balle avait suffit. Cinquante plus tard, la lumière n’a toujours pas été faite sur les responsables de cet assassinat. James Earl Ray reconnu coupable du coup de feu n’a jamais eu de procès véritable. Il a toujours nié être l’auteur du coup de fusil même si, vraisemblablement, il a participé à la préparation de ce meurtre. Lire la suite

UP Jazz dernière pour l’année 2017-2018, le 21 mars, jour d’arrivée théorique du printemps.

Bonjour,

Finalement je nous ai fait rester sur la côte Ouest. Je n’arrivais pas à me résoudre au départ. Trop de musiciennes et de musiciens un peu trop ignoré-e-s, pas assez entendu-e-s. La conséquence sera, pour l’an prochain, de prendre l’avion pour débarquer à New York. Enfin, entends-je de tout côté.
Pour ce 21 mars, veille de ce 22 mars à la fois historique pour ce 50e anniversaire de mai 68 dont on nous saoule un peu trop et veille d’une grande manifestation, la première contre les déstructurations mises en œuvre par le gouvernement Macron.
En ce printemps étrange qui régresse vers un hiver qui se croyait dépassé, le blues fera un timide retour avec Chris Cain, un de ces musiciens qui ne font pas de bruit – c’est relatif – et largement ignoré du public français.
Nous ferons aussi une part à Sonny Rollins venu, en cette année 1956, enregistrer pour Contemporary – de Lester Koenig – un album, « Way Out West » avec le contrebassiste Ray Brown et le batteur Shelly Manne. Un trio assez révolutionnaire pour cette époque.
En 1956, « Gus » – Ronald Bernard pour l’état civil -, jeune musicien de 23 ans né à Rochester (dans l’état de New York), réalise son premier enregistrement sous nom pour le label Fantasy (de la Côte Ouest). Multiinstrumentiste, il joue aussi bien de la batterie, du piano mais choisi un curieux instrument usité dans les fanfares, le baritone horn (euphonium). On le retrouvera en quartet, avec Cal Tjader, vibraphoniste, percussionniste et ici batteur avec Eddie Duran à la guitare, Vince Guaraldi au piano, Richie Kamuca au saxophone ténor ou Joe Romano qui a enregistré avec Art Pepper.

A tte.

Nicolas. (à suivre)

UP Jazz du 7 mars 2018, La Côte Ouest au féminin

Bonjour,

J’ai dû annuler la session de ce jour, 7 mars. Le Café Mancel est en réfection. J’avais demandé la salle du bas pour recevoir les auditeurs, auditrices. Mais le personnel – heureusement pour lui – est en vacances dans ces vacances scolaires. Ce n’était pas une chose à faire. Une prévision qui ne tient pas compte des vacances, on se demande… Désolé pour cette erreur dont je suis le seul responsable.

Pour cette session annulée, nous allons écouter quelques musiciennes de jazz
A commencer pâr Lorraine Geller qui eut une vie trop brève (1928-1958). Née Winifred Walsh, elle épousera le saxophoniste alto Herb Geller et s’installe à Los Angeles (L.A.)
Début 1958, elle se produira au festival de Monterey
En 1954, elle enregistre une de ses compositions « Clash by night » en compagnie de Leroy Vinnegar (b) et « Bruzz » Freeman (dr)

Toshiko Akiyoshi, pianiste elle aussi et futur chef d’orchestre, participe pleinement de la Côte Ouest, du Pacifique même si elle commence à enregistrer à Boston. Elle y épousera son prof, Charlie Mariano, saxophoniste alto, classé lui aussi dans les « west coasters ».
En 1956, elle enregistre une de ses compositions « Pee, Bee and Lee », en compagnie de Oscar Pettiford (b) Roy Haynes (dr)

Joyce Collins (1930-2010), autre pianiste, s’est installée à L.A. où elle devient la première femme à diriger le local47 du syndicat des musiciens.
En 1960, avec Ray Brown (b) et Frank Butler – un des grands batteurs de la Côte Ouest. Un standard, « Just In Time »

Dexter Gordon, né là à Watts – ghetto de Los Angeles – enregistre en 1947 avec la tromboniste Melba Liston. Charles Fox (p) Red Callender (b) Chuck Thompson (dr). Une commpo de Dex, « Mischevious Lady »

La trompettiste et vocaliste Clora Bryant, en 1957, Roger Fleming (p), Ben Tucker (b) « Buzz » Freeman (dr), « This can’t be love »

« Vi » Redd, saxophoniste alto et vocaliste, est avec Russ Freeman (p)Herb Ellis (g)Bob Whilock (b) Richie Goldberg (dr), 1962 pour « If I Should Lose You »

Quelques chanteuses
D »abord pour les musiques de film. Peggy Lee chante « Johnny Guitar », pour le film au titre éponyme, mars 1954

Marilyn Monroe, dans le film « Les hommes préfèrent les blondes », elle chante « Diamonds Are A Girls Best Friend ». Elle partageait l’affiche avec Jane Russell. Enregistrement de 1953

Lena Horne fut aussi une des vocalistes de la Côte Ouest. Son interprétation de « The Lady is A tramp », avril 1948, orchestre dirigé par son mari Lennie Hayton.

Nicolas (à suivre)

UP Jazz du 21 février 2018, Café Mancel 18 heures

Bonjour,

Quitter la Côte Ouest n’est pas aussi facile. Laisser de côté des musicien-ne-s que les critiques de jazz ont laissé-e-s trop souvent de côté représente un dilemme. On pourrait en faire un thème « Nicolas’ dilemma » – sur le mode de la composition de John Lewis, « Delaunay’s dilemma » – pour souligner la difficulté de quitter la Côte Ouest. Lire la suite

UP Jazz du 7 février 2018

Bonjour,

Pour cette session, nous restons encore un peu – mais ce « peu » commence à faire beaucoup, j’en suis bien conscient – sur la côte Ouest. Pour visiter Monterey. En 1958 naît là un festival de jazz qui prendra de l’ampleur. Dans « Play Misty for me », premier film réalisé par Clint Eastwood, le héros, DJ à la radio (de jazz bien sur), joué par Clint Eastwood of course, passe une grande partie de son temps à sillonner le festival. Il filme plus les gradins, le public que les « performeurs », que les musicien-ne-s. Il cherche toujours quelque chose quelqu’un-e.
Clint allie dans ce film le jazz et le cinéma. Il en restera toujours quelque chose dans ses autres films. La musique fait partie intégrante de sa manière de filmer.
A notre tour, entrons dans ce festival de Monterey qui commence en octobre 1958. Jimmy Lyons, le présentateur – qu’il ne faut pas confondre avec le saxophoniste alto compagnon de Cecil Taylor – introduit aidé par la trompette de « Dizzy » Gillespie jouant l’hymne américain, « Stars Spangled Banner », une rencontre américaine s’il en fut. Jimmy Lyons est homme de radio venant de San Francisco.
Nous écouterons quelques extraits de ces concerts des années soixante.

Pour finir avec les rencontres « Just Jazz » organisées par Gene Norman, le concurrent direct de Norman Granz, de 1947 avec un chef d’œuvre – c’est rare dans ce type de jam, mais ça peut arriver – l’intervention de Lionel Hampton sur « Stardust », la composition de Hoagy Carmichael. Pour prendre conscience du génie de Hampton ce jour là, il faut entendre tous les participants. Ils donnent l’élan à Lionel pour les dépasser tout en intégrant leurs interventions. Une improvisation réfléchie, préparée.

A vous voir.

Nicolas.

En attendant « Le souffle de la révolte », des compléments

La préhistoire du jazz.

L’Histoire commencerait avec l’écriture, dit-on. Il est donc des peuples sans Histoire, des peuples cachés, heureux. Les ethnologues combattent cette idée en insistant sur l’oralité.
Curieusement, le jazz ne sait pas quoi répondre concernant son histoire qui s’inscrit dans l’Histoire. il ne se refuse ni à l’écrit, la partition, ni à l’oralité qui forge le propre de son originalité. Mémoire orale, il s’apprend par l’écoute. Répétons que c’est la raison pour laquelle l’enregistrement est essentiel. Lire la suite