Cette année, les Villes du Jazz, Chicago.

Université populaire sur le jazz, année 2012-2013.

Cette année le thème sera les Villes du jazz, musique, littérature et société. Je commencerai pas Chicago.

Dans ce cadre, je recopie un article que j’avais publié en janvier 2000 en hommage à Lester Bowie, trompettiste de l’Art Ensemble of Chicago, décédé à ce moment là.

Vous le trouverez ci-dessous

A Lester Bowie, avec toute ma révolte qui fut aussi la sienne…

Lester Bowie, beaucoup s’en souvienne, fut le trompettiste habillé d’une blouse blanche de pharmacien – sans doute pour annoncer la mort de l’ordre ancien – de l’Art Ensemble Of Chicago, un quatuor intimement mêlé à mai 68. Ces quatre là, peints comme des Indiens sur le sentier de la guerre, l’avaient déclaré sans que personne n’y prenne vraiment garde. C’est un tort. Ils étaient là, à Paris avant et après mais 68. Ils ont scandé notre révolte, notre volonté de changer le monde. Eux, ils avaient participé à Chicago, Lester en tête, à la fondation de l’AACM – sous l’égide du pianiste Richard Muhal Abrams -, une association pour permettre aux musiciens créatifs de jouer ensemble et de trouver des engagements. Ces années 60 voient aussi apparaître les Black Panthers, les mobilisations contre la guerre du Vietnam et le free jazz. Celui qui fait encore peur. Et c’est tant mieux. Lire la suite

Au Conseil Economique, Social, Environnemental Régional

Intervention de la FSU, Assemblée plénière du CESER le 22 octobre 2012

 Le contexte actuel incite à une réflexion. Non seulement à cause de l’imminence de l’acte 3 de la décentralisation – la traduction en sera un bilan des pôles de compétitivité notamment et un nouveau transfert des compétences -, de la discussion budgétaire au parlement, de la poursuite de la crise systémique du capitalisme mais aussi parce que l’écume sarkozienne a disparu.

Les orientations budgétaires proposées par la Région, comme l’avis proposé de la commission 7 font l’impasse sur l’analyse de la crise systémique que nous traversons et sur l’appréciation de la politique économique nationale. Lire la suite

Nouveautés jazz, rentrée 2012 (2)

Entendre le murmure du temps…

Au saxophone ténor

Lenny Popkin, né en 1941, est saxophoniste. Ce devrait suffire pour le définir. Ajouter qu’il a fait partie des élèves de Lennie Tristano – comme Lee Konitz ou Wayne Marsh -, pianiste aveugle promoteur du free jazz à partir de la grammaire et du vocabulaire parkérien ne peut qu’ajouter au mystère. Qu’il ait constitué un groupe avec la fille de Tristano, Carol – batteure – ne peut que laisser rêveur. Pour construire des filiations imaginaires, d’autant plus fortes qu’elles sont imaginaires. Une sorte de mémoire ambulatoire comme possible délimitation du jazz. Lire la suite

Des nouvelles du jazz, rentrée 2012

Comment se porte le jazz en cette rentrée 2012 ? La nouveauté – au sens fort du terme – vient du label créé par Jean-Jacques Pussiau, « Out Note Records ».

Musique d’hier et de demain.

Le changement, c’est maintenant ? Demain ?

Une réponse nous est apportée par un batteur, belge de surcroît et membre du trio (20 ans d’existence !) « Aka Moon », Stéphane Galland. Le titre de son album, « Lobi », est tout un programme, presque une philosophie. « Lobi » est un mot Lingala (langue du Congo) signifiant tout à la fois hier et demain. Une manière aussi de dire aujourd’hui, le présent fait de passé et de futur. Il propose une musique singulière faite d’emprunts à toutes les cultures – on dit « musiques du monde » dans les bacs des disquaires pour les fondre en un ensemble hétéroclite comptabilisant des biens différents – pour concevoir une musique informelle furieusement de notre temps. Il n’oublie pas que le jazz est capable de transcender toutes les influences et il s’en sert pour offrir une sorte de panorama musical qu’il sait « coller » et quelque fois « fondre » dans un ensemble déséquilibré mais qui donne l’impression de tenir debout.

Pour ce projet un peu fou, il a trouvé un producteur, Jean-Jacques Pussiau, capable de le mettre en scène et…de la publier. Lire la suite

Conserver notre patrimoine

A TRAVERS NOTRE HISTOIRE TROP SOUVENT OCCULTÉE

Conserver notre patrimoine.

Le présent a souvent comme conséquence des commémorations qui visent à reconstruire un passé fantasmé. La période de l’Occupation – 1940-1944 – est très révélatrice. Dans un premier temps, elle fut purement et simplement ignorée, occultée. Tous les Français avaient été résistants à un régime du Maréchal Pétain considéré comme traître et au nazisme. Les matérialistes – ils ne sont pas nombreux – se demandaient comment ce régime avait pu survivre aussi longtemps dans un environnement hostile. Seulement par la répression ? Lire la suite

Rendez-vous au Café Mancel

Bonjour,

Dans cette rubrique, je noterai les dates des différentes initiatives autour du jazz et de l’économie.

Autour des nouveautés en jazz

Pour commencer, j’inaugure une rencontre, au Café Mancel (à Caen), autour des nouveautés en jazz. L’an dernier, j’avais tenté quelques rendez-vous, cette année ce sera plus périodique.

Les deux premiers, samedi 6 octobre 2012 de 17h à 18h15 – un peu plus si affinité – le deuxième, le 13 entre les mêmes heures.. Vous pouvez passer, vous n’êtes pas obligé de rester ou d’arriver à l’heure…

 

Je reprends aussi les cours dans le cadre de l’Université Populaire, à partir du 14 novembre 2012. Le thème: les villes du jazz et je commencerai par Chicago.

Quel avenir pour la zone euro ?

SAUVER L’EURO ! OUI, MAIS COMMENT ?

La zone euro n’en finit pas de prendre des décisions historiques pour éviter son éclatement. Toujours à contretemps. La dernière en date, le 6 septembre 2012, Mario Draghi, Président de la BCE annonce que la BCE achètera « sans limites quantitatives » des obligations d’Etats sur les marchés secondaires, soit des obligations d’emprunts déjà émises et faisant l’objet de spéculations sur les marchés financiers. Il ne propose pas – encore , – d’acheter des obligations d’emprunts nouveaux négociées sur le marché appelé primaire. Pour le moment, et en lien avec cette décision de la BCE, les taux d’intérêt des dettes souveraines sont orientés à la baisse. Pour l’Allemagne et la France, ils sont même négatifs. Autrement dit les opérateurs financiers paient pour mettre leurs capitaux à l’abri. Lire la suite

Livres en économie

Questions autour de la crise systémique.

Bilan et perspectives de l’économie mondiale.

Comme tous les ans, le CEPII propose son état du monde économique. Cette année, le bilan sonne comme le glas de toutes les illusions de reprise. Le monde s’enfonce dans la crise financière et la récession. Les perspectives sont sombres. Après 5 ans de crise financière – elle démarre dans la nuit du 9 au 10 août 2007 – et 4 ans de crise économique, aucune lueur de sortie. Désormais, même les pays émergents sont touchés par cette crise mondiale. Michel Aglietta se livre à un curieux exercice, une projection à 2030 pour déterminer un chemin de la Chine pour devenir un pays capitaliste développé à part entière. Un dossier sur le commerce international des déchets pour rendre compte de cette nouvelle donne. Lire la suite

Nouveautés polar septembre 2012

Le coin du polar.

La Corse, île de Beauté mais aussi nid de vipères où les natios et les gangs s’affrontent ou se soutiennent. Les RG surveillent tout ce petit monde avec beaucoup de difficultés. Les Continentaux se reconnaissent vite. Alix Deniger a voulu raconter les dérives de ce monde isolé qui ne sait plus mettre de frontières entre sa sauvegarde personnelle et celle d’un idéal qui semble hors de portée. Une histoire de morts pour rien, de barbouzes et de lutte pour le contrôle de l’île. A la fin, personne ne gagne, mais ceux qui ont perdu ce sont ces jeunes gens – les filles sont très absentes – qui ont vu la possibilité d’une vie facile et se retrouve au cimetière. Un beau gâchis. « I Cursini » se veut la chronique de cette Corse là. Dommage que ce soit écrit un peu trop au fil de la plume. Lire la suite

Pour découvrir ou redécouvrir Saul Bellow (1915 – 2005)

Un écrivain américain

Longtemps les universitaires WASP – pour White Anglo Saxon Protestant, les descendants des colons du May Flower, le haut du panier de la société américaine – ont dénié à Saul Bellow, fils d’émigrants juifs d’Europe de l’Est passés par Toronto pour s’établir à Chicago, le statut d’écrivain. Au-delà, ils déniaient à ces émigrants Juifs ou Italiens, sans parler des Noirs, le statut de citoyen à part entière. Ils étaient des Américains à trait d’union. Les seules manières de s’intégrer pour ces émigrants rejetés : la musique (le jazz), le sport ou les gangs. Le père de Saul Bellow fut bootlegger. Lire la suite