Contribution pour l’année sociale 2002 (parue chez Syllepse)

Réforme de l’État, libéralisme et démocratie

La « réforme de l’État » fait partie des débats récurrents en France comme dans l’ensemble des pays de l’Union Européenne. Elle se présente comme une refonte de l’administration, de la gestion. Les feux de l’actualité lui sont refusés. Elle est difficile à comprendre. Contrairement à la décentralisation – les lois datent de 1982 -, elle ne se traduit pas des changements visibles. Pas de nouvelles structures territoriales – comme les conseils régionaux -, pas de nouvelles lois sinon celles portant sur l’aménagement du territoire proposant des « contrats de plan » et des nouvelles entités, comme les « pays » ou les  « communautés d’agglomérations ».

Les gouvernements changent, les politiques étatiques restent. La « réforme de l’Etat » – Michel Rocard, du temps où il était Premier ministre parlait de la « modernisation de l’État » – en fait partie. Il ne s’agit pas d’une politique conjoncturelle, mais bien d’une restructuration d’ensemble touchant à la forme même de l’État. Lire la suite