A propos Nicolas Beniès

Nicolas Beniès est économiste de formation. Il est tombé dans la grande marmite du jazz dans son adolescence, une énorme potion magique qui rend la vie différente. Il est devenu naturellement critique de jazz. Il a collaboré un peu à Jazz Hot, à Jazz Magazine. Il a également écrit dans Rouge, Contretemps), la Revue de l’École Émancipée, Le Monde Diplomatique et l’US Magazine. Il a longtemps - 20 ans - proposée, préparée et animée des émissions de jazz sur une radio associative. Il reprendra bientôt cette activité. Conférencier sur le jazz et l'économie, il est l'auteur du Souffle bleu - C&F éditions -, un essai sur le basculement du jazz en 1959 qui a donné son titre au blog/site, et de plusieurs ouvrages sur l'économie dont "Petit manuel de la crise financière et des autres" (Syllepse éditions). Il prépare deux nouveaux ouvrages. Un sur le jazz, "Tout autour du jazz", l'autre sur l'économie "Le basculement d'un monde".

Des cadeaux à (se) faire

Noël, temps des cadeaux ?

Pas forcément… les idées de cadeaux qui,suivent peuvent survivre au Père Noël qui n’a pas, ces derniers temps, le vent en poupe. La hotte est chargée mais on cherche en vain les cadeaux. Se distinguent des armes de toutes sortes. Létal et non létal (officiellement) et même des armes plus secrètes comme des mensonges en grand nombre et des déclarations de guerre plus nombreuses encore. Il n’est pas en confiance le Père Noël. Il s’est entouré de vigiles pour pouvoir faire une tournée de ces produits de guerre sociale.
Heureusement, ce Père Noël officiel qui accepte comme argent comptant toutes les déclarations officielles du gouvernement, est concurrence par des Mères Noël chargées de cadeaux, de jouets mais aussi d’esprit critique pour éduquer les enfants et leurs parents à faire preuve de résistance face au rouleau compresseur de la propagande véhiculée par le Père Noël officiel

De livres et de disques… Pour conserver les mémoires du monde.
Deux Atlas : « Atlas des pays qui n’existent plus. 50 États que l’Histoire a rayés de la carte », le titre dit tout l’intérêt, de Bjorn Berge. Et « Drôle de planète », Franck Tétart propose « 99 cartes pour voir le monde autrement », des vraies, des fausses et même des fausses-vraies cartes… Aux éditions Autrement.
Aux éditions 10/18 deux coffrets : « Les premières enquêtes de Nicolas Le Floch » de Jean-François Parot, si vous ne connaissez pas, il faut vous plonger dans le monde la fin du règne de Louis XV ; et « Les premières enquêtes de Lizzie Martin » dans lesquelles Anne Granger fait visiter l’Angleterre victorienne de 1864.
Un coffret jazz : « Les disques de la Victoire, American Army V-Discs, 1943-1949 » pour fêter et pas commémorer le 75e anniversaire du débarquement, Frémeaux et associés.
Nicolas Béniès.

Jazz d’aujourd’hui

Mélange d’influences

Les pianistes d’aujourd’hui sont soumis à des vents d’influence qui soufflent follement. Difficile de les ignorer. Tempêtes, orages que sont Bill Evans et Keith Jarrett en particulier ou les compositeurs français, Debussy, Ravel liés au jazz par toutes les fibres de leur musique. Les impressionnistes français ont été macérés dans le jazz pour faire subir aux jazz leur manière d’être.
Transcender ces ouragans pour composer son propre souffle, c’est le défi pacifique de toustes les musicien-ne-s. Gaëtan Nicot a voulu le relever en construisant un quartet pour décrire ses émotions, dresser un portrait de Paris, se servir d’un orage prenant la forme d’une « rhapsodie » – titre de cet album -, de rêves habités par la musique, forger un imaginaire qui sait se servir des souvenirs comme d’une chanson de Barbara. Comme pour l’ensemble des planètes du jazz, les mémoires jouent un très grand rôle, de ces mémoires vécues ou imaginées, musicales ou poétiques.
Pierrick Menuau, saxophone, Arnaud Lechantre, batterie et Sébastien Boisseau, contrebasse savent converser avec le pianiste pour amener les touches nécessaires à la construction de thèmes qui se veulent autant de contes de notre temps. Un quartet qui fait penser à celui de Wayne Shorter sans se refuser quelques incursions du côté de Dewey Redman ou même de Albert Ayler.
Une musique réjouissante et mélancolique contre le monde tel qu’il ne va pas. A découvrir.
Nicolas Béniès.
« Rhapsodie », Gaëtan Nicot Quartet, Tinker Label distribué par Socadisc

Jazz et Italie.

Pour bien commencer l’année.

Sarah Lancman avait défrayé la chronique avec un premier album. « Intermezzo », un titre adapté au deuxième album qu’elle signe, est une rencontre avec le pianiste Giovanni Mirabassi pour un répertoire issu des chansons italiennes, arrangées par le pianiste. Elle réussit, avec cette voix qui feule, miaule et envahit l’espace, à procurer des sensations sensuelles et déclencher des souvenirs habités par ces airs connus pour la plupart. Elle sait susciter les émotions.
Le pianiste met en valeur la voix qui erre entre les mots; pour les faire devenir musique tout en gardant leur sens. Les soli qu’il propose montre sa capacité à s’approprier tous ces thèmes pour en faire des standards du jazz. Pour certains d’entre eux, le saxophoniste Olivier Bogé s’ajoute pour donner une autre lecture et contester celle de la vocaliste pour donner plus de sel au duo et faire redécouvrir la voix.
Pour rêver d’autres mondes, Sarah sait susciter notre imagination. Ne ratez pas ce rendez-vous.
Nicolas Béniès.
« Intermezzo », Mirabassi/Lancman, Jazz Eleven.

Le coin du polar (1)

Une histoire des Etats-Unis : les sixties.

Les années 1960 sont des années de mort, l’assassinat de John Kennedy en 1963, celui de son frère, Robert le 6 juin 1968 et entre celui de Malcom X le 21 février 1965 et de Martin Luther King le 4 avril 1968 et de créations folles comme la musique soul, celle de James Brown d’abord et le free jazz qui cohabitent pour exprimer la rage, la colère contre cette société raciste et qui veut le rester. Malcom comme Luther King avaient compris le lien qu’il fallait faire pour le combat de classe et de race entre le politique, le social et la lutte contre la guerre du Viêt-Nam. Un programme qui dépassait les droits civiques pour les englober dans la mise en cause d’une société capitaliste embourbée dans la défense de ses intérêts particuliers. La ligne politique s’est incarnée dans le responsable du FBI, Edgar J. Hoover décrit dans toute sa plénitude par Clint Eastwood dans « Edgar J. ». Anti-communiste, raciste, homophobe – pourtant homosexuel -, le directeur du FBI faisait passer ses phobies avant la lutte contre le crime organisé. Continuer la lecture

Le coin du polar (2)


La guerre de 100 ans vue par des Angles – le nom des Anglais – habitants de Paris.

Jean d’Aillon poursuit les chroniques d’Edward Holmes et Gower Watson inspirées par Conan Doyle – il faut reconnaître l’intrigue – et habillées par les descriptions de la situation politique et militaire de la guerre qui se poursuit entre les armagnacs et les Bourguignons.
« La danse macabre » se situe en 1425 et voit Holmes – un clerc rappelons-le – et Watson s’affronter à leur ennemi redoutable, « le César du crime », James Moriarty qui se présente comme un mage pour faire couleur locale. Jean d’Aillon reprend la double fin de Doyle. Dans un premier temps il avait tué son personnage de détective un peu encombrant pour le réanimer ensuite sous la pression du public et de sa mère.
L’auteur sait réinvestir dans le contexte les intrigues de Doyle et en profite pour décrire vêtements, habitations, environnement tout autant que l’histoire de cette période pour le moins troublée. Jeanne d’Arc arrivera bientôt…
« La maison de l’abbaye », situé un peu avant, fin 1424, tient dans la rationalité de deux assassinats de femmes dans la même maison presque simultanément. Que s’est-il passé ? Qui est coupable ? L’une d’entre elle a été dépecée, l’autre nom. Etrange n’est-il pas ? Grâce à une loupe, Holmes expliquera ce double meurtre. Jean d’Aillon se laisse quelquefois aller à un cours d’architecture ou d’histoire du vêtement sans lasser le lecteur qui aime voir reculer la solution pour savourer ses intuitions.
Nicolas Béniès.
« La danse macabre », « La maison de l’abbaye », Jean d’Aillon, 10/18.

U.P. Économie du 7 janvier 2020

Bonjour,

Une décennie s’achève. Elle avait commencé par une grande mobilisation sur… les retraites. Sarkozy, alors président, n’était pas allé au bout se son projet de déstructuration mais des coins avaient été enfoncés tout en conservant le système de retraite par répartition. Déjà la capitalisation s’avançait pour le plus grand profit des sociétés d’assurance. La capitalisation restait confinée malgré tout.
De ce point de vue la France restait « en retard » par rapport à tous les pays de l’Union Européenne. Les mouvements sociaux avaient bloqué une partie des contre réformes.
Le gouvernement de Macron veut rattraper ce « retard » marqué par la survivance de ce qu’on appelle « l’État-providence », une mauvaise traduction de l’anglais « Welfare state ». La forme sociale de l’État fait partout l’objet d’attaque. Les régimes collectifs de protection sociale ne rentrent pas dans les schémas du néolibéralisme. Dans son dernier rapport sur la France, l’OCDE encourage Macron à ne pas céder pour combler son « retard » dans le processus de déstructuration des garanties collectives.
Je vous propose donc pour cette première de l’année de revenir sur l’idéologie néolibérale et de ses fondements pour appréhender les fondements des contre réformes actuelles qui portent sur la retraite mais a été précédé par la mise en cause des droits des chômeurs pour élargir la précarité.
En référence, mon article sur le néolibéralisme que vous trouverez sur ce site.

La politique économique néolibérale a pour effet d’accentuer les contradictions du capitalisme et provoquer la récession qui risque de se transformer en dépression dans un contexte de crise financière latente. Les mesures des banques centrales ont permis de différer la crise mais pas de la combattre. Dans le basculement du monde en cours, il faudrait d’autres politiques économiques, sociales et environnementales. Les discours actuels sont soit silencieux sur les enjeux des crises soit démagogiques soit même mensongers. Que vaut un « compromis » quand il s’agit d’imposer une contre réforme ? Que vaut un discours sur les mutations climatiques lorsqu’il n’est pas suivi d’effets ?

Vous ai-je souhaité une bonne et heureuse année ?

Nicolas.

Des cadeaux à (se) faire.

Le Père Noël n’est pas toujours nécessaire pour faire des cadeaux. Toutes les périodes de l’année sont propices. Par les temps qui courent – et vite – il est nécessaire de se référer plutôt à la Mère Noël, c’est plus sur. Les cadeaux les plus importants ne sont pas forcément les plus chers ni les plus en vue. Il faut toujours se méfier d’un produit, d’un bien qui plait immédiatement. Il vaut mieux viser le moins évident, le plus hermétique pour un cadeau qui durera.
Mais ne gâchons pas le plaisir. Celui d’offrir bien sur. Un bon moyen de lutter contre la dépression qui vous prend devant la profusion de marchandises. Un cadeau, ce peut être un livre de poèmes. Il faut savoir y penser. Continuer la lecture

« Le premier Âge du capitalisme », tome 3 « Un premier monde capitaliste »

Quand le passé cogne sur le présent.

Alain Bihr clôt son monumental essai sur l’analyse historique, sociologique, économique, sociale de la formation du capitalisme dans la période 1415-1763. Il propose, dans ce troisième tome, à la fois une démonstration théorique des fondements du capitalisme et une vision du développement inégal et combiné du monde pour expliquer les centres mouvants de l’Europe, successivement le Portugal, l’Espagne, les Pays-Bas, la France et l’Angleterre et les « semi-périphéries ». Une revue pays par pays ou groupe de pays pour mettre en évidence l’ordre social : le poids de la noblesse et de la monarchie absolue et les révolutions qui permettent aux nouvelles classes sociales de prendre le pouvoir. C’est le cas de la révolution batave très peu mise en évidence dans beaucoup d’ouvrages. Une révolution oubliée. Continuer la lecture

UP jazz du 11 décembre 2019

Bonjour,

Comme annoncé nous restons dans les images sonores de Blue Note de la ville de New York. Un saxophoniste alto sera une des voix de la Ville.
Jackie McLean, né à New York le 17 mai 1931 – à Harlem exactement – voulait jouer du saxophone ténor. Sa mère n’a pu lui acheter qu’un saxophone alto. Déception du gamin. Il n’aura de cesse que de faire sonner son alto comme un ténor. Sa sonorité déchire gorgée qu’elle est de « trips », de rêves, de cauchemars, de racisme au quotidien, d’une vie qui ne trouve sa place que dans le jazz en incarnant le jazz. Jackie, junky – Le Bird est malheureusement passé par là, il n’a fait que s’envoler – connaîtra les tréfonds de la société. Il sait les évoquer admirablement. Il descend lui, il ne s’envole pas. Le pied au plancher. la vitesse de New York c’est la sienne, les déréglemente de la Ville sont les siens, les échappées loin de tout le font déraper sur un sol déjà mouillé. Il commence à s’éloigner du hard bop pour ouvrir des portes nouvelles vers la révolution des structures du jazz, abordant les rives dessinées par la « Révolution d’octobre » initiée par Cecil Taylor en compagnie notamment de Archie Shepp. Son saxophone crie, gémit, rit pour se trouver sur une longueur d’onde différente qui lui permettra de faire équipe avec Ornette Coleman, le type même de l’artiste maudit. Ornette fera, un temps, partie de l’écurie Blue Note. Ornette et Jackie se servent de la tradition dans ce « New and Old Gospel » pour faire surgir la modernité, une autre manière de la servir. il fallait la dynamiter pour la rendre actuelle. Continuer la lecture

Un premier roman, musical, « La dissonante »

Sortir des mythes de l’enfance.

Tristan, chef d’orchestre d’une petite ville, est en quête de l’interprétation parfaite, celle qu’il entend dans sa tête. Il n’arrive pas à tirer de l’orchestre ni des incarnations de Tristan et Isolde – l’opéra de Wagner – les sons tirés de son imaginaire. Il sombre dans la mélancolie à l’orée de cette soixantaine qui n’est plus l’âge de la retraite. Le sauvetage passe par l’amour – forcément – de Mathilde, une chorégraphe. Continuer la lecture