Université populaire Économie, le mardi 14 mars 2017

Bonjour,

Le « chamboule tout », sport ancien qui revient à la mode, déconstruit le paysage. le monde change à une vitesse sidérante. Ce n’est pas la mondialisation ou la démondialisation qui en est l’élément essentiel mais la destruction qui touche tous les aspects de notre environnement. Politique – la gauche et la droite subissent un processus de déstructuration qui oblige à s’interroger sur une nécessaire refondation), social – les inégalités, la précarité et avant tout le chômage sans compter les interrogations sur le travail lui-même -, culturel (quelles sont les valeurs qui nous définissent)…
Ce monde sombre. Il est peuple de « zombies » qui ne savent que répéter – les beau prophètes que voilà – le passé.
Les dirigeants n’ont pas compris qu’il était temps de revoir tous les paradigmes pour entrer de plein pied dans une nouvelle modernité. Le « C’était mieux avant » triomphe faute de définir un futur crédible. Du coup la figure du monde est floue. Tout est permis surtout les images « post vérité » qui fait la part belle aux « Fake News » qui, à la fois renforce l’incertitude et brouille l’analyse nécessaire pour proposer des solutions.
Je vous propose de revenir, à propos du 60e anniversaire du Traité de Rome, sur la construction européenne et sa crise de légitimité actuelle.

Mardi de 17h30 à 19h30, au Panta Théâtre comme d’habitude.

Nicolas Béniès.

Etats-Unis entre passé et futur

Le rêve américain serait-il un cauchemar ?

Les élections aux Etats-Unis attirent tous les projecteurs. Les journalistes en restent souvent aux apparences. Le « clown » Trump a fait rire dans un premier temps, sorte de Donald Duck plus vrai que nature, sorti tout droit du dessin animé créé par Disney. Tex Avery semblait tout proche pour cette caricature. Puis il a fait peur sans s’interroger sur ce qu’il représentait, de quelle figure il était le porteur.
De l’autre côté de ce spectre qui va de l’extrême droite à la gauche, l’autre figure de ces Etats-Unis a surgi, surprenant le petit monde médiatique, Bernie Sanders se réclamant du… socialisme, un concept qui semble faire partie de la mélancolie du monde de l’avant chute du Mur de Berlin.
Deux extrêmes, deux représentations d’un pays en train de basculer, de se transformer, de se refonder. « L’Amérique qui vient » de Christophe Deroubaix, journaliste à l’Humanité, et « Atlas des Etats-Unis », sous titré « Un colosse aux pieds d’argile » – il arrive que les clichés tombent justes – de Christian Montès et Pascale Nédélec reposent des questions clés sur la place des Etats-Unis dans le monde et les déstructurations de cette société. Lire la suite