A propos Nicolas Beniès

Nicolas Beniès est économiste de formation. Il est tombé dans la grande marmite du jazz dans son adolescence, une énorme potion magique qui rend la vie différente. Il est devenu naturellement critique de jazz. Il a collaboré un peu à Jazz Hot, à Jazz Magazine. Il a également écrit dans Rouge, Contretemps), la Revue de l’École Émancipée, Le Monde Diplomatique et l’US Magazine. Il a longtemps - 20 ans - proposée, préparée et animée des émissions de jazz sur une radio associative. Il reprendra bientôt cette activité. Conférencier sur le jazz et l'économie, il est l'auteur du Souffle bleu - C&F éditions -, un essai sur le basculement du jazz en 1959 qui a donné son titre au blog/site, et de plusieurs ouvrages sur l'économie dont "Petit manuel de la crise financière et des autres" (Syllepse éditions). Il prépare deux nouveaux ouvrages. Un sur le jazz, "Tout autour du jazz", l'autre sur l'économie "Le basculement d'un monde".

Le coin du polar

Amour et haine rancis.

Est-il possible de vivre confiné dans un seul endroit, une seule maison ? Les sorties hors du domicile familial sont des fêtes rares et racontées plus d’une fois. C’est le pont de départ de ce roman noir de Sarah Schmidt, Australienne, bibliothécaire qui a été saisi par ce drame : le 4 août 1892 à Fall River (Massachusetts), Lizzie Borden découvre son père et sa belle-mère massacrés à coups de hache. Cet assassinat passionne les Etats-Unis depuis plus d’un siècle. « Les sœurs de Fall River » ne se veut ni enquête journalistique, ni enquête policière mais plongée dans l’intimité d’une famille pour expliquer les comportements, l’amour et la haine souvent mêlées. Un assassinat en vase clos. Une intrigue qui doit remonter à Edgar Allan Poe sans l’humour ni l’ironie qui sied au poète créateur du roman policier. Dans le même temps, elle fait la critique d’une société misogyne qui ne peut pas croire qu’une femme soit responsable de meurtres aussi horribles.
Comme c’est un peu la mode ces derniers temps, Sara Schmidt fait parler tous les protagonistes. Emma, la sœur aînée qui a quitté le nid, Lizzie – Élizabeth – qui est restée, Bridget la domestique et Benjamin un témoin extérieur pour rendre compte de l’étouffement résultant de cette maison sans vie.
« Les sœurs de Fall River », un best-seller en Australie et en Grande-Bretagne, sera adapté au cinéma et la télévision. Il souffre pourtant d’un manque d’oxygène. A force de rester entre soi, la lecture devient presque irrespirable. Le défaut de la qualité de cette histoire.
Nicolas Béniès
« Les sœurs de Fall River », Sarah Schmidt, traduit par Mathilde Bach, Rivages.

Mi gran passion
Ariana Franklin, l’auteure de cette série qui met en scène la médecin de Palerme, Adelia, désormais au service du roi anglais Henri II Plantagenet, nous a quittés en 2011 mais son héroïne vit toujours et continue ses aventures. Dans « La prière de l’assassin », Adelia, en 1178, est chargée d’accompagner Jeanne, la sœur cadette du roi – elle a 10 ans -, pour son mariage avec le roi de Sicile, un Normand. Elle se trouve en butte avec l’amant du « Loup », un personnage qui apparaît et disparaît tué par Excalibur, l’épée, dit la légende, du roi Arthur maniée par Adelia. Avec le fidèle Mansur, elle subit les conséquences de tous les préjugés du temps. Elle risque la mort et le bûcher.
Dans ce voyage, la géographie a du bon, elle passe le sud-ouest de la France actuelle marquée par la montée de l’hérésie – aux yeux de l’Église – cathare. Déjà, pointe le retour d’une Inquisition qui veut préserver le pouvoir de la seule Église de Rome. Les massacres qui suivront – beaucoup plus tard – pourront être qualifiés de génocide.
Il est difficile de résister à Adelia. Son charme s’envole de ses pages. Comme O’Donnell, l’amiral, on tomberait facilement amoureux de cette femme médecin. Une sorte d’alchimie bizarre. On se prend à rêver, contre toute attente, une suite sans fin.
Nicolas Béniès.
« La prière de l’assassin », Ariana Franklin, traduit par Jean-François Merle, 10/18, Grands détectives.

Europajazz, Jazz sous les Pommiers

Le Jazz complètement à l’Ouest.

L’Europa Jazz, connu aussi par sa ville de naissance Le Mans où le festival se termine en apothéose, essaie de ne pas trop regarder les chiffres pour éviter les pièges du « retour sur investissement ». Pas toujours facile.
Pour cette 39e édition qui a commencé le 15 mars par des conférences musicales dans les lycées, collèges et CFA – comme quasiment tous les festivals de jazz désormais et c’est une bonne chose -, les invités ont nom Émile Parisien, présent aussi à Jazz sous les Pommiers (avec Joachim Kühn), qui sera « dans tous ses états », Médéric Collignon que vous avez raté, Paolo Fresu avec Omar Sosa dans les « rendez-vous du printemps » agrémentés de « nuits » du jazz manouche, des fanfares et de la salsa. Le final, au mois de mai comme d’habitude dans la lignée du 1er mai et dans la collégiale, sera illuminé par, entre autres, Craig Taborn, Linda Olah, Bill Frisell, Barre Phillips, Joëlle Léandre, Stéphane Courtois, Dominique Pifarély… pour participer à la grande fête des jazz.
Les organisateurs proposent de soutenir Europajazz en devenant un mécène, une promotion autrefois réservée uniquement aux entreprises et qui devient par une sorte de démocratisation accessible à toutes et à tous.
Ce festival se terminera le 6 mai au moment où Jazz sous les Pommiers à Coutances (Manche) vivra sa deuxième journée. Certaines zones seront encore en vacances qui permettra une petite visite de cette ville surplombée par sa cathédrale qui verra quelques concerts en son sein. Le soleil, c’est promis, sera de la partie notamment le dimanche pour la journée des fanfares, réunion traditionnelle familiale.
Pour cette 37e édition, deux vedettes attireront vraisemblablement les curieuses et curieux. Kamasi Washington tout d’abord, saxophoniste ténor, qui s’est fait remarquer dés son premier album constitué de trois CD où il se permet de revisiter une grande partie de l’histoire du jazz tout en faisant la place aux sons d’aujourd’hui. Ce coffret lui a valu l’honneur de deux pages du « New York Times », une sorte de consécration rapide. Trop peut-être. Il a attendu d’avoir plus de 30 ans avant de commettre cet enregistrement. Il vient de publier un nouvel album…
La deuxième est l’artiste en résidence, Anne Pacéo, batteure et une de celle qui compte. Elle proposera plusieurs rendez-vous dont une création.
Les autres invités ne seront pas en reste. Le duo Joe Lovano, saxophoniste ténor, Dave Douglas, trompette avec leur quintet fera des étincelles. Leur album chez Universal est un must qu’il faut entendre. Raphaël Imbert, saxophoniste, proposera plusieurs rendez-vous dont l’un, « Bach/Coltrane » aura lieu dans la Cathédrale, Hélène Labarrière et Hasse Poulsen proposeront une relecture des succès plus ou moins récents, Paolo Fresu, poursuivant sa route de l’Ouest, sera aussi présent avec Richard Galliano, le grand orchestre de Christian McBride… sans compter les musiques cousines comme d’habitude ou le blues le mardi soir.
Comme toujours, les concerts de midi et demie au Magic Mirror sont des instants souvent privilégiés. Les découvertes sont nombreuses, les coups de coeur aussi. Il ne faut pas hésiter à les fréquenter. L’horaire n’est pas forcément adapté mais, si vous en croyez mon expérience – malheureusement un peu trop longue – ils réservent les surprises qui enchanteront vos souvenirs. Je regrette quelque fois qu’il n’y ait pas eu – à ma connaissance – d’enregistrements de certains. Mais, comme le disait justement Keith Jarrett « le swing n’est pas toujours sur la bande » pour dire la force spécifique, originale d’un concert. Les déceptions sont nombreuses de ce passage du « live » à l’objet.
Il faudra aussi aller à la rencontre de certains groupes pas encore trop connus comme celui de Eric Séva, saxophoniste. « Body and blues » est un album issu de ses rencontres avec le blues. Une musique du corps et de l’âme. (voir ma recension de l’album sur ce blog)
Les deux festivals proposent aussi des programmes gratuits, des animations, des découvertes qu’il ne faut pas craindre d’aller voir, pour faire connaître « Sa Majesté le Jazz », même si le pluriel est nécessaire. Une majesté qui suppose une armée de bénévoles qu’il faut remercier. Sans eux et elles rien ne serait possible.
Nicolas Béniès.
Le Mans Jazz Festival, du 15 mars au 6 mai 2018, rens. tel 02 43 23 78 99 www.europajazz.fr
Jazz sous les Pommiers, du 5 au 12 mai, rens. www.jazzsouslespommiers.com

Jazz, Julian Lage

Retour vers le futur.

Le climat actuel, centenaire du premier disque de jazz oblige peut-on croire, est fait d’un retour vers les origines, le moment où rien n’est codifié, où tous les alliages, les collages sont possibles et ressentis comme nécessaires. Une sauvagerie que Darius Milhaud voulait retrouver. La sauvagerie de la création est une des manières de lutter contre la violence du monde. Manière de faire se rencontrer les révolutions du jazz, celle des premiers temps, de ces années 20 rugissantes, avec celle de ces années 60 appelée « Free Jazz », une sorte de libération profonde à la fois des codes, de tous les codes y compris ceux de la musique et du corps.
Julian Lage, guitariste découvert pour nous aux côtés de Gary Burton, ouvre ses compositions en emmêlant, avec une joie communicative façon de renouer avec la danse, les danses, à tous les vents des grands espaces de ces Etats-Unis d’Amérique qui semblent avoir perdu le goût de la liberté. La « country » prend toute sa place sans oublier les jazz, tous les jazz. Une sorte de souffle bleu qui emporte tout sur son passage. Au-dessus de tout, la guitare capable de tous les sauts, de toutes les acrobaties pour faire sentir la musique autrement. Le trio, habituel de Lage, Scott Colley à la contrebasse et Kenny Wollesen à la batterie (et un peu au vibraphone) habitent les compositions de Lage.
Le titre même de l’album, « Modern Lore », est à lui seul un programme. En forme d’oxymore : moderne s’applique aux connaissances traditionnelles et c’est bien cette réflexion qui est au centre de cette musique.
Nicolas Béniès.
« Modern Lore », Julian Lage, Mack Avenue distribution PIAS

L’assassinat de Martin Luther King

L’autre cinquantenaire

Le 4 avril 1968, le pasteur noir opposé à la guerre du Vietnam, Marin Luther King tombait sous la balle d’un tireur d’élite. Une seule balle avait suffit. Cinquante plus tard, la lumière n’a toujours pas été faite sur les responsables de cet assassinat. James Earl Ray reconnu coupable du coup de feu n’a jamais eu de procès véritable. Il a toujours nié être l’auteur du coup de fusil même si, vraisemblablement, il a participé à la préparation de ce meurtre. Lire la suite

Compléments au « souffle de la révolte »

Bonjour,

Le livre, « Le souffle de la révolte » (C&F éditions, comme les autres « Souffle »), ne paraîtra pas, selon toute vraisemblance avant le mois de juin. Il ira de pair, si le vent est favorable, avec la réédition augmentée – et diminuée du CD, il faut dire que les rééditions de « Kind of Blue » sont légions – de « Le souffle bleu ». Il couvre à la fois la préhistoire du jazz, lorsque cette musique ne s’appelait pas encore « jazz » mais ragtime ou autres noms, comme les années 1920 et 1930. Pour appréhender la mémoire du jazz capable de naviguer entre passé et futur pour dégager un présent entouré de mystères.

Avant même la publication, il faut ajouter quelques informations complémentaires.
Il faut se souvenir que les « Harlem Hellfighters » – surnom donné par les troupes françaises à ces combattants Noirs venant de toutes les villes des Etats-Unis – débarquent à Saint-Nazaire et Brest les 31 décembre 1917 et 1er janvier 1918. Ils commencent par faire des travaux d’entretien autour de Nantes pour ensuite s’incorporer aux troupes alliés. Individuellement et collectivement, le régiment d’infanterie sera reconnu, cité – inscrit dans les tablettes de l’armée française en l’occurrence – et décoré. Mais jamais reconnu par l’armée américaine.
Roger Martin dans l’enquête qu’il consacre à l’assassinat de Martin Luther King perpétré le 4 avril 1968 à Memphis, « Le rêve brisé » (De Borée éditeur), apporte quelques éclairages sur les contrôles du haut commandement militaire des soldats Noirs. Chapitre 18, « Big Brother Is Watching you » – référence à George Orwell et à son « 1984 » -, il écrit « (…) le colonel Ralph Van Deman a été à l’origine d’une politique de méfiance systématique qui conduisit à un fichage massif de Noirs par des organismes officiels du gouvernement américain. » Lire la suite

Ne pas perdre la mémoire…

Mémoires imaginaires ?

« Celui qui disait non » est présenté comme un premier roman. Premier sans doute mais roman ? L’histoire de cet homme, August, qui décide un jour de 1936 de ne plus faire le salut nazi. Il aime Irma que les nazis considèrent comme juive. Cette détermination de « juive » permet un passage dans les textes administratifs du régime nazi. Un examen surréaliste qui compile tous les critères pour permettre de conclure qu’une personne est juive. Le rire est proche du drame.
L’amour, c’est la conviction de l’auteure, conduit à la révolte et, dans le contexte, au camp de concentration. Adeline Baldacchino ne raconte pas, elle vit cette rencontre imaginaire, alimentée par les témoignages des descendantes, les filles du couple comme une polarisation face à la mémoire et à son travail nécessaire. L’une ignore et l’autre se plonge dans son passé. L’objectif de l’auteure dépasse cette histoire pour devenir plus personnelle. Elle voudrait, par cette histoire à la fois d’amour et de filiation mieux cerner… son père qui devient soudain le personnage principal.
Un récit qui touche au plus profond de nous-mêmes. Comment communiquer avec ses ascendants et ses descendants ? Adolescent, la mémoire, le murmure du temps nous laissent indifférents, après, il est souvent trop tard. C’est une des raisons pour laquelle ce récit ne peut laisser indifférent. Personne ne peut sortir intact de la rencontre avec ce couple, avec leurs enfants… et avec l’auteure qui s’est faite enquêtrice d’une mémoire collective.
NB
« Celui qui disait non », Adeline Baldacchino, Fayard

Un coup de semonce.

Le 5 février 2018, les places financières chutaient…

Les marchés financiers souffrent d’une maladie à la mode, Alzheimer. Ils ne se souviennent pas du passé, font fi de tous les scénarios des deux crises financières précédentes – août 2007 et 2011, la crise dite de l’euro. Incapables de déceler les signes avant-coureurs, ils s’enfoncent dans leurs croyances en un marché autorégulateur. Le réveil sera amer malheureusement pas seulement pour ces traders.

Le 5 février, les marchés ont été secoués par une chute brutale de tous les indicateurs boursiers. Depuis, la volatilité – autrement dit l’impossibilité de prévoir les mouvements financiers au jour le jour – est revenue en force. Lire la suite

La renaissance de Harlem

Redécouvrir Langston Hughes

Christine Dualé propose, dans « Langston Hughes et la renaissance de Harlem », une véritable fresque du Harlem des années 1920, véritable centre culturel qui irradie le monde et influence écrivains, essayistes, photographes, musicien-ne-s. Harlem, sous la pression des Antillais fête même le 14 juillet. Elle n’oublie pas les grandes littératrices comme Zora Neale Hurston. Elle parle des voix de Harlem comme « une nouvelle tradition littéraire noire » mêlant jazz, blues – Langston Hughes n’aura de cesse de rendre toute sa place à la poésie des blues -, révolte et revendication de dignité. La « Negro Renaissance », la négritude comme on dira quelque fois en France pour valoriser cet apport, est partie intégrante de ces « années folles », « Roaring Twenties », « Âge du jazz » suivant les auteurs pour dire la libération des corps, l’appel désespéré à une autre société, l’espoir fou que le monde bascule sur ses bases pour faire place à un monde solidaire sans guerre. Le féminisme est partie prenante de toutes ces libérations.
Christine Dualé rappelle ce contexte et le le lien entre Harlem, Paris, les Antilles. Aimé Césaire ou Senghor feront partie de ce mouvement de fierté noire.
Elle propose ensuite une plongée dans la vie et les œuvres de Langston Hughes pour le rendre vivant. « Émergence d’une voix noire américaine » est le sous titre pour qualifier la place de ce poète globe trotter et militant des droits civiques. Influencé par le gospel, le blues et le jazz, ses poèmes sonnent la révolte. Il veut faire reconnaître les anti-arts que sont jazz et blues comme partie prenante du patrimoine de l’Humanité. L’influence de ces musiques est indéniable sur la littérature, la peinture et la poésie. Ce livre incite à (re)découvrir tous et toutes ces écrivain-ne-s liés à la Renaissance de Harlem qui rythme les années 1920, les années Jazz.
NB
« Langston Hughes et la renaissance de Harlem », C. Dualé, L’Harmattan.

Le coin du polar

La Pennsylvanie oubliée.

« Dans la vallée décharnée » permet de visiter la localité de Wild Thyme, au Nord de la Pennsylvanie par l’intermédiaire de Henry Farrell, le seul flic, après l’assassinat de son adjoint, dans ce territoire délaissé. Tout commence par la découverte du corps d’un jeune homme mort dans la neige. Jeux de pouvoirs, de fantômes, d’apparitions, de nuages de mensonges et de rancœurs, entourés d’un froid qui met à nu les êtres humains comme les paysages. Les préjugés, dans ce cadre là, sont meurtriers. L’auteur sait manier la dénonciation des peurs, des angoisses de ces populations séparées du monde, qui votent vraisemblablement Donald Trump, et la compréhension, la sympathie même. Un ton juste. La musique – Tom Bouman, l’auteur, est aussi musicien – occupe une très grande place comme la danse.

Où va Israël ?

« Le troisième temple », celui qui sera construit lors de la venue du Messie sur les bases des deux, un roman qui pourrait se classer entre polar, fantastique, science fiction et plein d’autres choses encore. Yishaï Sarid a construit son livre sur le modèle de l’Ancien Testament pour délivrer une prophétie. Si le gouvernement israélien continue à soutenir les sectes qui veulent revenir à la lettre des textes sacrés, Israël disparaîtra. Le texte est serré, souvent hermétique, comme la Bible elle-même. Il nous projette dans un avenir qui a tout du retour en arrière. Le fils infirme du roi converse avec les anges sans pouvoir déterminer si c’est le démon ou Dieu, et, comme tout un chacune, se trompe, prend l’un pour l’autre et passe à côté de la vérité, de la réalité. Il est pris en otage par les vainqueurs de cette guerre interne, destructrice de toute humanité pour un retour dogmatique à la lettre des textes sacrés que l’ange démonte pour l’enfant qui hésite, quasi convaincu par la démonstration mais ne veut pas croire en la raison. Pour témoigner et pour essayer d’y voir clair, le fils infirme écrit son journal. Il y décrit les conditions de sa captivité dans un contexte d’effondrement de toute une civilisation. La lecture de ce faux-vrai polar n’est pas un exercice facile, il est même exténuant. Une impression d’être au bord de l’abîme de l’écriture elle-même.

Où va la France ?

« Les biffins » sont les personnes qui ont le droit de s’installer aux confins des Puces de Clignancourt pour vendre leurs « richesses ». Une petite équipe de travailleurs sociaux essaient de réglementer et d’aider. Marc Villard s’est attaché à son héroïne, Cécile, médecin du SAMU et malade, qu’il jette dans ce nouveau monde pour décrire une France non reconnue, celle des sans abris, des migrants, des sans papiers, des clodos. Dans « Bird », Cécile cherchait son père, saxophoniste, ici elle veut savoir qui a tué un de ses habitués de maraude, un homme de la rue. Ces histoires sont les nôtres, celle d’une France qui a perdu son humanité.
Nicolas Béniès.
« Dans la vallée décharnée », Tom Bouman, traduit par Alain Defossé, Actes Noirs/Actes Sud ; « Le troisième temple », Yishaï Sarid, traduit par Rosie Pinhas-Delpuech, Actes Sud ; « Les biffins », Marc Villard, Joëlle Losfeld Éditions.

Un essai de compréhension du passé et de sa place dans la réflexion

Que faire du passé ?

Le passé est souvent décomposé et recomposé pour justifier les politiques mises en œuvre, sans parler des commémorations – on est en train de le tester pour mai 68 -, autant de grandes cérémonies d’enterrement ou de falsifications. L’histoire, le contexte est absents de ces fêtes qui deviennent autant de mythes. L’interrogation de ce groupe d’auteurs dans « Pourquoi se référer au passé ? » porte sur la manière de se servir du passé, d’un passé ouvert, en lien avec le futur pour appréhender le présent, loin de toute notion d’identité, négation de l’Histoire. Il emprunte des concepts à deux philosophes en particulier, celui d’« origine » ou de « germe » à Cornelius Castoriadis et celui de « référence » à Walter Benjamin. Il essaie ainsi de repenser le passé pour laisser ouvert le champ des possibles et lutter contre tout déterminisme. Intelligent et stimulant pour ouvrir les portes de la discussion.
NB
« Pourquoi se référer au passé ? », sous la direction de Claudia Moatti et Michèle Riot-Sarcey, Les éditions de l’Atelier.