Jazz. Un BBB, Big Band Britannique.


Un Big Band joue la carte Jacquard

Fallait-il être grand-breton pour avoir l’idée de consacrer une suite à la carte Jacquard ? Sans doute. La Grande-Bretagne est le berceau de la révolution industrielle et la carte Jacquard est la première forme d’automatisation du métier à tisser, une carte perforée.
Julian Siegel, saxophoniste, clarinettiste basse et compositeur, a été inspiré par les informations nombreuses, étranges et imaginatives qu’elle contient. Commissionné par le Derby, un festival de jazz, il a réuni quasiment toute la fine fleur du jazz britannique pour former un grand orchestre et perpétrer son forfait, une longue suite en trois parties donnée en 2017 – enregistrée pour l’album – « Tales from Jacquard », des contes issus du Jacquard, un titre qui décrit la musique concrète qu’il a voulue. La pochette même de l’album vient à l’appui en dessinant le titre avec les perforations de la carte. La première partie commence par évoquer le bruit du métier à tisser dans ces usines du 19e siècle. Une idée originale bien servie par l’ensemble. Continuer la lecture

Jazz. Michel Portal dansant, Jean-Pierre Jullian gréant

Musique de la vie et de joie de jouer ensemble.

Michel Portal, 85 ans au moment des faits, affirme l’âge d’artères qui se refusent au vieillissement, « MP85 » a été le titre évident de cet album plein de sève. Dans les notes de pochette, il dit s’être précipité dans le studio lors, sans doute, du premier déconfinement. Si l’on ose s’en souvenir, le premier confinement nous a enfermés dans un « chez nous » devenu comme une prison. La libération est venue de la musique et de la formation de son groupe qui réunit plusieurs générations pour une musique qui puise dans toutes les musiques populaires dansantes, à commencer – c’est pourtant le dernier thème – par un chant basque, « Euskal Kantua », un duo.
Bojan Z, au piano et claviers, m’avait raconté que Portal lui avait fait découvrir les mélodies serbo-croates, de son père, qu’il avait oubliées dans le rock et le jazz. Ensemble, ils les évoquent tout en faisant la part belle à d’autres cultures pour danser sous la lune, pour faire la nique au virus, pour démontrer que la vie ni simple ni tranquille mais là simplement. Continuer la lecture

Videz vos poches

Polars historiques
Aix, 1659-1660
Le jeune Louis XIV ne gouverne pas encore. Le cardinal Mazarin dirige le pays. Dans ce contexte Jean d’Aillon jette son détective privé, le notaire Louis Fronsac, fidèle partisan de son Éminence. Dans les deux enquêtes proposées sous le titre générique « L’enlèvement de Louis XIV », seule la deuxième met en scène le notaire devenu marquis par la grâce de la résolution de ses enquêtes. Toutes les deux se passent à Aix. La description de la Ville est un élément central des intrigues. Continuer la lecture

Vider vos poches. Polar

États de polar
La Louisiane au cinéma
« New Iberia Blues » est une nouvelle plongée de James Lee Burke, par l’intermédiaire de Dave Robicheaux, dans le monde du cinéma. Alafair, la fille de Dave, se fait embaucher par son ami d’enfance Desmond. Un croyant du Tarot les poursuit au milieu d’histoires de famille. A ne pas rater
Rivages/Noir, traduit par Christophe Mercier Continuer la lecture

Jazz. Les nouveautés du confinement au dé et au re ?

Vivre le confinement à trois

1. Se nourrir du temps

Mauro Gargano, contrebassiste, a composé les thèmes de « Feed » – nourriture – pendant cette entre tout que fut l’année 2020. Éloignés les unes des autres, il fallait trouver en nous-mêmes les nourritures spirituelles pour résister à ces barrières qui se disaient sociales et n’étaient rien de moins qu’une négation de la fraternité et des mémoires, du passé comme celles de l’avenir. Un air de désagrégation. Il fallait trouver de quoi alimenter l’outre pandémie en se référant au passé sans le copier avec le risque de répéter la nouveauté.
Le trio que Gargano a forgé, Alessandro Sgobbio, pianiste qui sait investir en les digérant les compositions du bassiste et Christophe Marguet, batteur attentif et compréhensif savent croquer à belles dents la musique pour lui donner la vie en prenant appui sur le présent pour s’élancer vers le futur.
Nicolas Béniès
« Feed », Mauro Gargano, Absilone

2. Traverser le temps

Jéricho, pianiste, Pascal Vigier, batteur et Frédérick Lemarchand, bassiste, se sont attablés, plusieurs jours de suite pas seulement pour boire mais, surtout pour exprimer l’envie d’être ensemble et faire de la musique. « Carnet de confinement » est un titre trop concis qui ne dit pas la chaleur ressentie à l’écoute de cet album. Un trio qui roule et s’enroule autour de thèmes connus – d’autres moins tout en étant aussi marqués par le swing et les mémoires de tous les trios, de Bill Evans à Herbie Hancock en passant par Wynton Kelly – pour combattre la pesanteur du confinement et exprimer une joie de vivre nécessaire, comme un fluide vital qu’il faut entendre et suivre.
N.B.
« Carnet de confinement », Jéricho/Vigier/Lemarchand, contact Jéricho 0762264904 Continuer la lecture

Jazz (suite) Des influences dominantes

Minimalisme et musique presque mécanique dans le jazz

Voyages

Simon Denizart, pianiste et compositeur, se veut citoyen du monde. Il a recueilli au cours de sa vie de « Nomad » – titre de son album qui peut aussi se lire No Mad », pas fou – a croisé des cultures dont il a recueilli les échos. A notre tour nous voyageons avec lui pour découvrir des paysages étranges faits de morceaux d’un puzzle qui ne sait pas que ses pièces éparses pourraient s’emboîter. Dans quel sens faut-il lire les étapes diverses qu’il propose en compagnie – une idée originale – de Elli Miller Maboungou à la calebasse, un instrument de percussion venu du flamenco. Peut-être le sens n’existe pas que ces étapes ne sont que le fil d’Ariane d’un musicien qui cherche ses racines, sa voie. Il se sert des structures du minimalisme qu’il enferre dans d’autres boucles, d’autres références. Lorsque le duo y arrive, le transport de l’énergie opère mais lorsqu’il se laisse envahir par ces cellules musicales, il perd le contrôle et l’ennui gagne. Continuer la lecture

Videz vos poches. (Re)lire les classiques

Anniversaires

Flaubert, 200 ans et toujours vivant
« La tentation de Saint Antoine » est un projet qui a suivi l’auteur à partir de 1848. Il écrira que « Saint Antoine n’est une pièce, ni un roman non plus. Je ne sais quel genre lui assigner. » Disons, avec Gisèle Séginger, autrice de la présentation et du dossier, qu’il s’agit d’une œuvre totale, peut-être poétique surtout. De quoi redécouvrir cet auteur lié trop souvent au scandale de « Madame Bovary », même s’il avait dit, provocateur, « Emma c’est moi ».
« La tentation de Saint Antoine, GF.

51 ans après
Jean Giono est mort le 8 octobre 1970. La célébration des 50 ans s’est heurtée au confinement. Folio avait réédité « Le hussard sur le toit », avec une belle couverture noire pour signifier sans doute que l’auteur, qui parlait d’une épidémie de choléra, avait anticipé le COVID. Il faut regretter des caractères trop petits mais les réactions décrites sont « actuelles ».
Folio avait aussi réédité le portrait d’un « Giono, furioso » par Emmanuelle Lambert, prix Fémina 2019, vivant et loin des clichés
« Le hussard sur le toit », « Giono Furioso », Folio. Continuer la lecture

Explorations dans Le Capital de Marx

Sous « Le Capital », un monde s’agite

Le livre I du Capital et particulièrement la Section I suscitent souvent d’étranges réactions allant jusqu’à proposer de la lire quasi à la fin (cf. la préface de Althusser à la réédition en poche chez Flammarion) ou de ne pas la lire du tout en fonction de sa difficulté. La réputation d’illisibilité sert de prétexte pour éviter de se confronter à Marx. C’est une erreur pour plusieurs raisons. La première tient à la nécessité – ne serait-ce que pour le critiquer – de connaître les concepts, les « abstractions réelles » dit-il – et la méthode d’analyse du capitalisme. Et, dans le même temps, de fréquenter l’un des grands penseurs de notre monde moderne.
Comme si ce n’était pas suffisant, Serge Ressiguier propose dans « Marx en liberté » une autre entrée bien résumée dans son sous-titre « Humour et imaginaire dans Le Capital (Livre I, section 1 à 3) » en éclaircissant toutes les références soit des auteurs classiques – Virgile, Suétone par exemple – soit de la Bible, en insistant sur les figures de style. Il nous fait visiter les mythologies et les contes que citent Marx, met en évidence les associations, comparaisons, métaphores, personnifications et prosopopées pour indiquer ce qu’elles induisent quant à la compréhension de la pensée de Marx. Last but not least, il souligne les références des citations explicites ou implicites présentes dans le texte.
Le plaisir est double. D’une part les concepts s’animent d’une vie propre. La marchandise, ce condensé de Capital, prend différents aspects, s’incarne dans des images pour passer d’une chose à un rapport social. D’autre part, c’est quasiment un cours de culture générale. Marx n’est pas pour rien un grand penseur. Dans la traduction de Roy qu’il a corrigée, il réécrit en partie pour le lecteur français.
Une introduction qui s’adresse au plus grand nombre pour oser lire, enfin, Marx. On peut regretter que l’auteur, dans une volonté compréhensible de mettre Marx au présent, se livre à quelques raccourcis.
Nicolas Béniès
« Marx en liberté », Serge Ressiguier, Le temps des cerises, 20 euros.
Le Livre I du Capital a bénéficié en 2016 d’une nouvelle traduction de Jean-Pierre Lefebvre aux Éditions sociales, Folio, en deux volumes, a publié les trois livres du Capital reprenant l’édition de La Pléiade.

Une référence ?

Comment battre le virus ?
Ludmila Oulitskaïa a écrit ce scénario, « Ce n’était que la peste », en 1988. Il part d’une histoire réelle à Moscou en 1939. Un biologiste, Mayer, travaille sur la souche de la peste. Et il contamine 800 personnes qui assistaient à sa présentation. Le NKVD – la police politique de Staline – intervient, confine, isole, tue si nécessaire pour éviter la propagation. Et y réussit ! Au prix de la légitimation de la répression et de toutes les remises en cause des libertés. La question posée à toutes les démocraties d’aujourd’hui. Faut-il, pour combattre le virus, bafouer les libertés ?
Nicolas Béniès
Ce n’était que la peste, Ludmila Oulitskaïa, traduit par Sophie Benech, Gallimard.

Sur l’Art Ensemble of Chicago

Histoire d’un groupe de jazz

L’Art Ensemble Of Chicago a été découvert à Paris au début des années 1970. Toute une génération a été biberonnée à sa musique qui, par ses mémoires en acte, a fait pénétrer dans tous les mondes du jazz. Ces quatre – Joseph Jarman et Roscoe Mitchell aux saxes, Lester Bowie à la trompette, Malachi Favors à la basse – dans l’ordre d’apparition sur la scène parisienne, puis 5 avec l’ajout de Don Moye aux percussions ont joué un grand rôle dans la compréhension du jazz. Partie prenante de l’AACM – Association for the Advancement of Creative Musicians –, association de Chicago pour rendre les musiciens créatifs, ils revendiquent un projet politique, démocratique et social. Paul Steinbeck, dans « The Art Ensemble of Chicago », fait, bizarrement, œuvre de pionnier en signant la première étude du groupe. A l’américaine : en multipliant les citations, les témoignages, une manière un peu lassante parfois mais qui redonne vie à un groupe phare. Il ne faut pas le rater si vous voulez appréhender un peu de ces années de feux.
Nicolas Béniès
« The Art Ensemble of Chicago », Paul Steinbeck, préface et traduction de Ludovic Florin, postface de Alexandre Pierrepont, Presses Universitaires du Midi (PUM)
NB Il faut saluer la volonté de Ludovic Florin de faire connaître les travaux sur le jazz.
On trouvera les recensions du travail d’Alexandre Pierrepont sur ce site.