Deux liens pour écouter mes émissions

Le premier lien ci-après pour écouter une série d’émissions intitulée le jazz késako, qui inclut un programme autour du 100e anniversaire de la radio, les liens entre la radio et le jazz, une émission sur Brassens et ses liens toujours avec le jazz, et l’histoire du jazz à travers l’histoire de la batterie

https://radio-toucaen.fr/programme/jazz-kesako/

Le deuxième lien permet d’écouter les nouveautés en jazz.

https://radio-toucaen.fr/programme/les-nouvelles-nouveautes/

Les premiers temps de l’enregistrement


Pochette du disque 33 tours, « Saydisc », consacré au « Cylinder Jazz, volume One, « early jazz and ragtime recordings from Phonograph cylinders 1897-1928 », qui montre et les cylindres et la machine qui permettait la lecture appelée déjà phonographe. Cette modalité allait perdurer malgré le 78 tours. Sans doute une photo publicitaire. La pochette n’indique pas d’auteur de la photo.

En réponse à ma question, Jacques Fouquoire écrit :
En réalité – du moins à ma connaissance – il s’agit d’une gravure publicitaire de la compagnie de Thomas Edison éditée sous 2 formes; la première est une affiche que l’on mettait dans une vitrine de magasin et la deuxième forme est une carte postale et sous le titre se trouve un texte sur l’histoire de l’invention du phonographe par Edison. Entre les 2 formats les gravures diffèrent légèrement par la dimension du pavillon. Elles ne sont pas, apparemment, signées.Je ne connais pas la date précise d’édition mais elles datent des années 1900. Je saisqu’on a imprimé des reproductions vers 1972.

Un cadeau spécial pour le festival Sim Copans et pour toustes qui se souviennent de ses émissions sur Paris Inter


La dernière et page de garde – photo de Sim en cette année 1959 – de la revue « Jazz » de juin 1959, édité par le Jazz Club du Sud Est, avec comme directeur de publication Roger Luccioni qui a réalisé l’interview ci-après.


(Cliquez sur l’image pour la grossir)

Merci à Jacques pour avoir conservé cette (petite) revue mensuelle et à Danièle Kergoat de me l’avoir confiée.

Nicolas Béniès

Les mots de la musique, les sons des mots

Le Mot et le Reste, un éditeur étrange

Le Mot et le Reste s’est donné pour objectif de faire aimer, connaître, comprendre les musiques de notre temps. Il s’est fait une spécialité – tout en ayant d’autres cordes à son violoncelle – de mettre en mots les musiques de notre temps, soit par le biais de biographies, comme celle de Sinatra (voir la recension sur ce même site), soit par des présentations de grands courants musicaux contemporains et populaires, comme le blues à travers des albums significatifs. Pour « le reste » des publications, il vous faudra consulter son site…
Fin 2020, il avait proposé de redécouvrir Jimi Hendrix et de nous faire connaître ou reconnaître le « soft rock » et les producteurs des musiques de ces 25 dernières années soit un voyage dans notre paysage sonore, une histoire de nos émotions. Continuer la lecture

Une saga nord américaine du siècle dernier, « Africville » de Jeffrey Colvin

« Africville » c’est le nom d’un ghetto noir près de la ville de Halifax, au Canada. Les Africains déportés sur le sol de l’Amérique du Nord pour les transformer en esclaves – une aberration et une blessure sociale qui n’est pas encore résorbée – pour travailler dans les plantations. Les évasions seront multiples. Vers les tribus amérindiennes ou vers d’autres contrées comme le Canada. Les grandes villes canadiennes, Montréal particulièrement verront grossir une population africaine-américaine fuyant l’enfer des plantations. Continuer la lecture

Quelle histoire !


L’Occupation au prisme des zazous

Zazous ? Un mot, évocateur, fait surgir des silhouettes, notamment celle de Boris Vian, un grand maître de la confrérie. Un mythe ? Une réalité ? Qui étaient-ils ces révoltés ? Gérard Régnier, spécialiste de l’histoire du jazz pendant l’Occupation – c’est sa thèse – a voulu, sur la base de la presse de l’époque, comprendre le phénomène en l’inscrivant dans son contexte. « L’histoire des Zazous » est une histoire de résistance individuelle, de contestation des ordres établis, de ruptures adolescentes. Le mouvement zazou, lui et les preuves abondent, est une reconstruction, manière d’excuse pour cette jeunesse absente des affrontements politiques structurants du 20e siècle. Ainsi en est-il des manifestations zazoues, une pure et simple invention. La plus connue, la plus diffusée : celle du port collectif de l’étoile jaune lorsque les autorités l’ont imposée aux Juifs de France , avec une inscription « swing ou autre. L’auteur montre qu’elle est restée très minoritaire. Une réaction plus individuelle que collective. Continuer la lecture

UIA Caen le 2 décembre 2019

Bonjour,

La semaine dernière nous avons distingué souvenir et mémoire. Le souvenir est ce qui reste dans la mémoire individuelle et collective comme flash, comme image pour qualifier une situation. Ainsi en est-il de « In The Mood » de l’orchestre de Glenn Miller. Ce thème, composé par Joe Garland (saxophoniste ténor, ts) est le résultat de « riffs » de grands orchestres, est la référence musicale clé de la Libération, « fête folle ».
Le souvenir occulte la mémoire qui suppose un travail pour retrouver le mouvement du jazz pendant les années de l’Occupation et avant. Le paradoxe de la flèche de Zénon se retrouve. Si l’on photographie la flèche à différents moments de sa trajectoire, la flèche est semblable à elle-même. Le mouvement, le processus de sa trajectoire permet de se rendre compte des contraintes qu’elle subit. la force du vent, la traction du tireur… vont changer notre vision de la flèche.
Pour la mémoire, pour ce travail nécessaire, le mouvement est essentiel. Pour la remettre dans l’Histoire, dans le contexte général de la période considérée. Il faut retrouver les documents, les textes, les enregistrements (pour ce qui concerne le jazz) pour rendre compte de la réalité d’une époque. Continuer la lecture

Pour Django

Django Reinhardt, créateur d’un pan de la culture française.

Notre époque est paradoxale et notre monde moderne pétri de contradictions. Cette année 2010 l’a montré une fois encore et sous des couleurs cruelles. Janvier a été marqué par le centenaire de Django Reinhardt, guitariste manouche, génie de la musique en général et du jazz en particulier, juillet a vu s’ouvrir la chasse aux Roms, aux Tsiganes dont fait partie intégrante les Manouches. Comme si Sarkozy voulait détruire une partie de la culture française comme mondiale. C’est d’autant plus réel que le « jazz manouche » est désormais joué, rejoué, interprété par une grande partie des jeunes gens et jeunes filles qui font ou écoutent de la musique. Regardez autour de vous. Sanseverino, Thomas Dutronc et beaucoup d’autres utilisent les compositions de Django et sa formule, le quintet du Hot Club de France – une trouvaille de Charles Delaunay, le premier discographe du jazz – pour convaincre les foules de son actualité, de sa présence continue. Continuer la lecture

Jazz, le passé dans le présent.

Petit voyage dans les temps du jazz via les nouveautés

La musique sur le Net est en perte de vitesse. Le streaming ne fait plus recette. Le retour du Vinyle est un indice. La musique compressée est-elle encore de la musique ?
Les parutions de CD restent multiples. Certains prétendent qu’elles sont trop nombreuses. Il faut, pourtant, répondre à tous les goûts. A travers ses âges, le jazz s’est démultiplié. Sous ce vocable se dissimulent plusieurs époques, plusieurs styles, plusieurs références. Faut-il, pour autant, le mettre au pluriel ? Je ne le crois pas. Il reste une musique issue de la déportation des Africains sur le sol américain, du brassage en résultant de la fusion entre les cultures africaines, européennes et amérindiennes. Le tout procédant d’un processus d’acculturation. Depuis, les affluents se sont multipliés pour dessiner un paysage plus coloré, plus touffus dans un environnement idéologique – le dit libéralisme ou le post modernisme – qui fait s’évanouir le collectif. L’impression du pluriel vient de l’éclatement des formes du jazz, comme dans toutes les disciplines artistiques. La décomposition n’est pas visible seulement sur le terrain politique, elle est aussi à l’œuvre culturellement. Le jazz est, de ce point, de vue, un bon révélateur.

Il n’empêche que tout n’est pas à jeter. Le processus de décomposition se traduit par des enregistrements qui valent le détour. Le 21e siècle n’est pas vide mais la révolution esthétique se fait attendre. Continuer la lecture

UIA Jazz du 14 mai 2018

Bonjour,

Nous arrivons au bout du cycle de cette année. Une sorte de conclusion provisoire – forcément provisoire.
Je vous ai présenté le contenu de mon nouveau livre – pas encore paru à ce jour – « Le souffle de la révolte » pour présenter le jazz dans toutes ses dimensions, anti-art par excellence. Il vient des déportations d’esclaves venant du continent africain vers les Etats-Unis pour y constituer la main d’œuvre dont avait besoin les grands propriétaires des plantations dans ce Sud agricole. Déportation massive qui est connue sous le nom de « Traites négrières ». Archie Shepp le racontera à sa manière dans « Le matin des Noirs » – la faute d’orthographe dans le titre original, « Noire », sur l’album Impulse doit être corrigée – extrait de l’album « New Thing at Newport » en compagnie de Bobby Hutcherson au vibraphone, notamment. les souffrances, séparations et mépris allant jusqu’à la mort sont des composantes qui resteront inscrites dans la mémoire collective. Les Noirs ne seront jamais vraiment considérés comme des êtres humains à part entière. Trump en donne la démonstration tous les jours en voulant annuler – « Delete » – toutes les mesures décidées par Obama.
Cette déportation massive fera entrer, dans cette reconnaissance bizarre, la culture des Africains-Américains comme composante essentielle de la culture étatsunienne. (voir aussi les compléments au « Souffle de la révolte »)
Le jazz sera un synonyme d’années folles, de Roaring Twenties marquant de son empreinte toutes ces années 20. La question qui hantait les autorités religieuses et morales – le jazz, musique du diable, pervertissait nos « chères têtes blondes » – était « Comment s’en débarrasser. Ce sera le cas à la fin de ces années. La crise dite de 1929 sonnera le glas de ce début sauvage de cette musique en train de révolutionner le monde.
Le murmure s’amplifiait. « Le jazz est mort » entendait-on d’un ton victorieux, « Le jazz est mort » répétait toutes les capitales du monde. Mort de quoi oubliait-on de s’interroger. D’une époque ? Sans conteste. les années folles se fracassaient sur la crise de 1929. Rien n’allait résister. Ni la société, ni même le capitalisme, sans parler de la démocratie.
Et le jazz ? Il allait renaître de ses cendres transformé. Pour la première et seuls fois de son histoire, il devenait musique populaire. Musique de plusieurs entités. La sauvagerie cédait, malgré elle, la place à des codes pour construire une ère qui se retrouvera en sourdine dans la plupart des blues ou de Rhythm and Blues, musiques populaires qui suivront.
« Swing Craze », la folie du Swing, pour qualifier cette nouvelle ère, celle des Big Bands, qui se traduira aussi par les musicals au cinéma par l’intermédiaire du coule emblématique Fred Astaire/Ginger Rodgers.
Nous allons passer sur la transition qui s’opère de 1930 à fin 1935 pour rester avec les représentants de l’ère du Swing.
A commencer par le Roi, « King of Swing », Benny Goodman. Un Roi contesté mais un Roi, qui sait s’entourer. Fletcher Henderson, l’inventeur du Big Band moderne, deviendra l’arrangeur de l’orchestre, Teddy Wilson, spécialiste des accords de 10e, le pianiste, Lionel Hampton, l’inventeur du vibraphone et Charlie Christian, l’inventeur de la guitare électrique seront également de cette fête en compagnie du batteur Gene Krupa. Soit un orchestre mixte, même si la couleur blanche dominait. Benny prend des risques.
Pourtant l’orchestre qui vend le plus disques est celui de Jimmy Lunceford.

Count Basie et Ethel Waters

Le plus connu, celui qui est resté dan toutes les mémoires – Duke excepté – est celui de Count Basie pour cause de longévité. Lunceford est lui mort en 1947 au moment où l’ère des Big Bands prend fin.
Si l’on e croit le supplément « L’époque » du Monde des 13 et 14 mai 2018 intitulé « Et que ça swingue », le retour du lindy hop – une danse des années 1920 d’origine harlémite – est à la mode dans les soirées « branchées ». Avec cravates, s’il vous plait !
Nicolas Béniès (à suivre)