Videz vos poches

Polars historiques
Aix, 1659-1660
Le jeune Louis XIV ne gouverne pas encore. Le cardinal Mazarin dirige le pays. Dans ce contexte Jean d’Aillon jette son détective privé, le notaire Louis Fronsac, fidèle partisan de son Éminence. Dans les deux enquêtes proposées sous le titre générique « L’enlèvement de Louis XIV », seule la deuxième met en scène le notaire devenu marquis par la grâce de la résolution de ses enquêtes. Toutes les deux se passent à Aix. La description de la Ville est un élément central des intrigues. Continuer la lecture

Videz vos poches. (Re)lire les classiques

Anniversaires

Flaubert, 200 ans et toujours vivant
« La tentation de Saint Antoine » est un projet qui a suivi l’auteur à partir de 1848. Il écrira que « Saint Antoine n’est une pièce, ni un roman non plus. Je ne sais quel genre lui assigner. » Disons, avec Gisèle Séginger, autrice de la présentation et du dossier, qu’il s’agit d’une œuvre totale, peut-être poétique surtout. De quoi redécouvrir cet auteur lié trop souvent au scandale de « Madame Bovary », même s’il avait dit, provocateur, « Emma c’est moi ».
« La tentation de Saint Antoine, GF.

51 ans après
Jean Giono est mort le 8 octobre 1970. La célébration des 50 ans s’est heurtée au confinement. Folio avait réédité « Le hussard sur le toit », avec une belle couverture noire pour signifier sans doute que l’auteur, qui parlait d’une épidémie de choléra, avait anticipé le COVID. Il faut regretter des caractères trop petits mais les réactions décrites sont « actuelles ».
Folio avait aussi réédité le portrait d’un « Giono, furioso » par Emmanuelle Lambert, prix Fémina 2019, vivant et loin des clichés
« Le hussard sur le toit », « Giono Furioso », Folio. Continuer la lecture

De quelques lectures estivales en poche.

Du côté des États-Unis et des années 1920.

F. Scott Fitzgerald (24 septembre 1896 – 21 décembre 1940) s’est voulu l’écrivain de ces « roaring twenties », avec son lot de « Party » et d’alcool frelaté. Mais aussi de jazz. Le jazz qui rythme ces débuts du 20e siècle, de ce jazz qui envahit les grandes villes. Les danses sont toutes issues de cette musique syncopée que ce soit le one-step, le two-step ou le fox-trot qui servira de concept générique pour toute danse « jazzée ». Les comédies musicales tiennent le haut du pavé. Tous les grands compositeurs sont influencés par le jazz.
Les grandes fortunes rapides des gangsters venus des ghettos juifs ou italiens des grandes villes américaines ont changé la physionomie de cette société. L’intégration pour Américains à trait d’union passait soit par le sport, la musique – le jazz – ou le gangstérisme. Une soif de respectabilité habitait ces nouveaux riches. Ils voulaient copier la « bonne » société américaine, ces WASP, pour White, Anglo Saxon, Protestant qui occupaient le devant de la scène.
Cette aspiration fait la trame de Gatsby le magnifique », « The Great Gatsby », et le rêve ou le cauchemar de Scott Fitzgerald lui-même. Continuer la lecture