Des mots et des musiques oubliées

BOUM ! SURPRISE-PARTIE

Danse-t-on encore la valse, le rock, la java ? Sans parler de la polka, du tango ou de la mazurka ? Ou encore le cha-cha-cha, le mambo, la rumba, la samba ? Là je réponds oui même si ces danses issues de la tradition afro-cubaine ont changé de nom et s’appellent plutôt salsa, elles restent de nos temps. Elles ne peuvent pas vieillir. Elles proviennent du sang, de la sueur, du rire et des larmes d’une multitude de populations se retrouvant sur une terre d’exil qu’elles n’ont pas choisie mais qu’elles ont fertilisé, dans tous les sens du terme.

La danse est une expression du corps, d’un corps qui existe et exulte toute sa sensualité et sa sexualité. C’est une rencontre. Les corps qui se refusent augurent mal de la suite, des corps qui s’harmonisent et c’est le monde qui se réconcilie avec lui-même.

Il faut retrouver le chemin de toutes les danses, de toutes celles qui composent la mélodie de notre patrimoine. La valse et ses formes nationales. Viennoise d’abord – c’est son lieu de naissance – musette pour la France et le son de ce piano du pauvre, l’accordéon qui retentit pour faire vibrer en nous de fibres, des frissons enfouis dans notre inconscient, pour aller à la découverte des valses lentes, anglaises, créoles… Késako ? Une présentation de deux coffrets, de 10 Cd chacun, pour redonner une nouvelle vie à ces musiques trop peu entendues, pour (re)faire tourner les têtes, bouger le corps tout en permettant de parfaire notre esprit, notre connaissance de l’Histoire via ces mémoires multiformes. Frémeaux et associés nous offre ce voyage qui porte les noms de ces danses et je n’ai – pas encore – parler de jazz, de rock and roll, de slow mais aussi de biguine, de calypso, des musiques brésiliennes… Avec un livret introductif rédigé par des spécialistes pour ne pas mourir idiot – ce serait dommage – et retrouver le goût de ces musiques, de ces danses. Elles ont marqué toute la première partie du 20e siècle, des années 20 jusqu’à la fin des années 50. Si on ajoute, chez le même éditeur, ce « Swing surprise-partie » pour retrouver ou faire connaissance avec les grands orchestres français de danse de l’après guerre, on s’aperçoit que la fin de la IVe République est aussi une fin de monde. Les révolutions esthétiques se succèdent… A croire que la Ve République fait partie d’un nouveau cycle…

Nicolas BENIES.

« Anthologie des musiques de danse », « vol 1 : Europe et Amérique du Nord », « vol 2 : Espagne, caraïbes, Amérique du Sud » ; « Swing surprise-partie. Les orchestres français d’après-guerre », coffret de deux CD, Frémeaux et associés

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *