le JAZZ comme synthèse

Une musique émancipée ou qui émancipe?

illust1_zUn groupe qui s’appelle « Free Human Zoo » et qui se permet de pratiquer l’oxymore : un zoo en liberté est-ce un zoo ? Est-on en liberté dans un zoo ? ne peut pas être fondamentalement mauvais ou alors il n’y a plus de morale. Qui intitule son album « Freedom, Now » comme une référence à Max Roach et à son album Candid des années 1960 affichant cette revendication qui s’inscrit dans le combat général pour l’émancipation, se doit de composer une musique à cette hauteur. Une hauteur d’homme pour raconter des « petites » histoires qui ne font pas forcément la grande mais savent parler des émotions.
Quatre suites se partagent cet album, dédié à un instrument, à la passion, à Aldo Romano – ce printemps que tout le monde se devrait de connaître – et « à nos chers petits disparus » pour embarquer l’auditeur dans un voyage dans toutes les musiques, entre rock et jazz principalement sans éviter les autres pour les inclure dans un maelström qui vise à briser les cloisons habituelles, à éviter le catalogue et la mise dans des cases. Une musique mécanique quelque fois comme une évocation de Carla Bley ou des baloches d’antan. Une musique ouverte sur le monde, un monde en train de basculer qui devrait autoriser toutes les expérimentations y compris les plus folles. Le risque de rater le coche est, de nos jours, de plus en difficile et la création de plus en plus risquée.

L’élection de Trump montre que les forces du passé, les forces obscurantistes ont de beaux jours devant elles. Il faut avoir de l’audace, encore de l’audace, toujours de l’audace disait déjà Danton. Nous en avons besoin pour dépasser le passé décomposé et recomposé qui envahit un peu trop notre espace vital.
Cette musique informelle – appelons la comme ça pour suivre la recommandation d’Adorno – est, peut-être la musique de notre temps, un temps qui permet aux souvenirs du passé de construire une architecture du futur.
Gilles Le Rest a voulu inscrire ses compositions dans un mouvement qui se veut d’émancipation et d’hybridation, suivant ses propres termes. Pas toujours réussi c’est entendu mais toujours énergique et convaincu. Son jeu de batterie étant à l’image de sa propre musique. Samy Thiebault en est le saxophoniste – il n’est plus un inconnu, il a signé quelques albums -, Dan Decrauze, le guitariste qui ne craint même pas les clichés pour évoquer des images rêvées, Laurent Skoczek, le tromboniste pour attirer vers d’autres musiques encore, I’M’, le pianiste et le claviériste pour ancrer dans une sorte de tradition bâtarde le groupe, Nicolas Feuger, le bassiste et le maître d’un beat évolutif. De quoi bouger sur des rythmes entremêlés qui donnent la possibilité au corps et au cerveau de construire une danse originale.
Nicolas Béniès.
« Freedom, Now ! », Free Human Zoo, Odusseia Production, distribué par Harmonia Mundi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *