Nouveautés Jazz

Un retour aux sources ?

saxman« Saxman » est, comme son nom l’indique, un saxophoniste ténor venu de la Côte Ouest, entre San Francisco et Los Angeles. En France, il a réalisé un album associé à un trio français, Guillaume Souriau, contrebasse, Émile Biayenda, batterie, Didier Fréboeuf, piano, un trio qui fonctionne remarquablement bien. Il a même tendance à vivre comme une entité face à l’autre entité, le saxophoniste ténor. Pas toujours sur la même longueur d’ondes, pas le même imaginaire je suppose.
Saxman a voulu rendre hommage aux musiques de ces films considérés comme de série B (à l’époque de leur sortie dans ces lointaines années 40 pour les États-Unis), ces films « noirs » comme on dit en français, ces films réhabilités par la nouvelle critique de cinéma française.Dans cette perspective, le roman vrai de la vie de Dexter Gordon semble servir de toile de fond. Le phrasé de Dex – le petit nom de Gordon et son inévitable « Aimez-vous le basket ball ? » – influence fortement le Saxman en question.
Sur scène, la musique se trouve illustrée par des extraits de ces films que mes musiciens évoquent. Les compositions sont mises en situation. Le disque, l’enregistrement en studio souffre de cette absence de supports.

Saxman et son trio sont en tournée en ce moment, ce sera sans doute un bon moment à vivre. L’album n’arrive pas à être à la hauteur de son titre, de la matière dont sont fait les rêves, « The stuff that dreams are made of… » , et c’est dommage.
Une musique qui se laisse écouter, bercée par vos souvenirs, de ces films qui, pour certain(e)s sont autant de madeleines,, de cet environnement qui fut le nôtre, de ces rêves que nous formons, de ce voyage auquel nous convient ces musiciens. En même temps, ne passez pas à côté de ce trio…
Nicolas Béniès.
« The stuff that dreams are made of… », Saxman, Monde à Part Jazz, rens. mondeapartrecords.com/saxman.htlm

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *