Compléments au souffle de la révolte

Bonjour,

La parution se fait attendre. Pb de mise en page, d’arrivée d’argent… Il devrait être là bientôt. Ce terme est volontairement flou.
Pour faire attendre quelques compléments.
Dans « Polices américaines », Didier Combeau insiste sur les différences de construction de l’État entre, notamment, la France et les Etats-Unis. Il insiste à la fois sur les responsabilités des structures administratives dans les tâches de maintien de l’ordre au détriment de l’État fédéral. États, county, municipalités ont la main sur les forces dites de l’ordre. Il met aussi en lumière les changements qui ont suivi les scandales de corruption. La police a servi de rabatteurs pour les élections pour devenir des forces au services des capitalistes.
Dans un premier temps, les agences privées, comme Pinkerton, ont fait le travail du futur FBI pour se mettre au services des chefs d’entreprise dans la répression des grèves.
Pour notre sujet, les années 1920-30, il écrit, page 115 et ss : « Lorsqu’en 1917 les deux chambres votent à la majorité des deux tiers le 18e amendement à la Constitution qui interdit l’importation, la fabrication, la vente et le transport des boissons alcooliques, 26 États regroupant 60% de la population sont déjà « secs »(« dry »). (…) Le Congrès adopte le Volstead Act qui limite le titrage alcoolique à 0,5 %. Il entre en vigueur le 16 janvier 1920 : la prohibition nationale commence et la loi est violée à peu près aussitôt. Le gouvernement fédéral n’a pas les moyens de l’appliquer.  »
Grâce à la Prohibition, Al Capone à Chicago devient un entrepreneur puissant. Exclu de la société américaine, il exerce ses talents à l’intérieur de la pègre. Il pousse la guerre économique à son stade ultime en supprimant ses concurrents.
La législation américaine est une curiosité pour les centralisateurs français : l’État de New York en 1923, Le Montana en 1926, le Wisconsin en 1929, le Massachusetts, l’Illinois et le Rhode Island en 1930 ont aboli leurs propres lois de prohibition. Pour lutter contre la corruption qui touche les forces de police. Au-delà, cette législation n’est pas comprise. Ne pas la respecter n’est pas ressenti comme une illégalité mais comme une nécessité.
Le 21e amendement abroge le 18e en 1933. Le Mississippi sera le dernier à abroger la loi de prohibition en…1966.

à suivre.

Nicolas.