JAZZ, Rattrapage (suite)

Faites du bruit, mais en rythme.

Nicolas Folmer, trompettiste et compositeur a constitué « The Horny Tonky Expérience », les excités du bastringue pour une traduction approximative, pour une sorte de retour aux sources de sa proche jeunesse, le jazz-rock, celui de Miles Davis souvent et un peu « Weather Report », une musique qui sait ce que tapage organisé veut dire. Une musique de la danse – il faut remarquer que ce retour vers le corps est une constante chez les compositeurs d’aujourd’hui, un bonne chose – avec ce qu’il faut de two beat et de balancement joyeux.
Dans le même temps, le retour aux choses simples, à la terre, au vent, au safari pacifique, à Pangea – le titre d’un album de Miles Davis dans sa période électrique, aussi le nom d’un continent -, au vent, au soleil et au reste.

Avec ce groupe, Laurent Coulondre aux claviers, Damien Schmitt à la batterie, Julien Herné à la basse, Olivier Louvel à la guitare, mandoline et Antoine Favennec aux saxophones, Nicolas Folmer a beaucoup tourné, l’album venant clôturer le répertoire. Un album réussi même si l’esthétique un peu répétitive pourrait lasser. Intelligemment, il a limité à 7 le nombre de thèmes. En fait, deux albums se succèdent. Le premier propose les versions longues, le second les versions revues et corrigées pour la radio. Je ne sais si le procédé marchera, si les programmateurs de radio auront la bonne idée de jeter une oreille sur cette musique – ils devraient, elle a tout pour être populaire, une musique moderne de guinguette – mais je souhaite qu’elle connaisse le succès.
Nicolas Béniès.
« Nicolas Folmer & The Horny Tonky Experience », Cristal Records distribué par Harmonia Mundi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *