JAZZ, Un trio classique ?

Smithien or not ?

Jimmy Smith a laissé une trace profonde dans les mondes du jazz. En 1955, l’orgue Hammond – inventé dans les années 30 par Laurens Hammond – est revu et corrigé par un nouveau système pour créer l’orgue Hammond B3. Jimmy Smith, pianiste à cette époque, né à Philadelphie, adopte ce nouvel instrument. En 1956, il commence à enregistrer pour Blue Note. Alfred Lion est tombé sous le charme de l’instrument que Jimmy Smith fait sonner comme s’il s’agissait de réveiller les dieux – un seul ne suffit évidemment pas. Il constitue un trio avec guitare et batterie, s’adjoignant de temps à autre des souffleurs et, plus tard, un grand orchestre. Ce trio deviendra classique.
Gaël Horellou, saxophoniste alto, reprendra la formule en l’adaptant à son instrument et à son style. Ce trio, Gaël – en même temps producteur et ingénieur du son -, Frédéric Nardin, pianiste habituellement, s’essaie, pour la première fois, à cet instrument étrange venu de loin et Antoine Paganotti, batteur puissant – il le faut pour tenir la dragée haute face à cet orgue qui a pour mission, dans un premier temps, d’habiller les Églises pour permettre aux chœurs de donner de la voix et la transe de s’installer – ont uni leur plaisir de renouer avec un jazz quelque fois un peu trop oublié et qui voulait, de nouveau, faire danser en s’abreuvant aux gospels.
« Roy » tel est le titre de cet album et le premier thème, une composition de Gaël Horellou, un appel vers les univers de Roy Haynes, batteur presque immortel qui connaît tout des jazz et continue encore à courir les routes. Les titres parlent, nous parlent pendant que la musique nous envahit. Dexter (Gordon) saxophoniste tout en hauteur et qui était censé, si l’on en croît le film de Tavernier, aimer le Basket Ball, Albert (Ayler), une composition de Wayne Shorter – This is for Albert – sont aussi évoqués de même que le blues et le reste.
Saviez-vous qu’il est encore possible de danser sur du jazz ? N’hésitez pas…
Nicolas Béniès.
« Gaël Horellou organ trio », petit label, contact@petitlabel.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *