Hommes et problèmes du jazz

Un classique.

La France et le jazz, une histoire d’amour. Dans aucun autre pays, mis à part les Etats-Unis bien sur, le jazz n’a eu autant d’influence et de présence. Les surréalistes, à commencer par Michel Leiris, ont fait de cette musique-art-de-vivre l’étendard de leur révolte dans l’entre-deux-guerres. Charles Delaunay a créé le label « Swing », le seul label uniquement consacré au jazz en même temps que la revue Jazz Hot. Il faut aussi le premier discographe.
André Hodeir hommes et problèmes du jazzAndré Hodeir (1921 – 2011), après le seconde guerre mondiale, en 1954, a publié un essai qui reste un grand texte sur le jazz comme sur la modernité « Hommes et problèmes du jazz » – première édition chez Flammarion – que les Parenthèses vient de rééditer. Il n’était plus disponible en français alors qu’il connaît des rééditions successives de l’autre côté de l’Atlantique. C’est la première analyse musicologique à partir des enregistrements, seule façon d’aborder l’histoire du jazz. André Hodeir fut d’abord violoniste sous le nom de Claude Laurence pendant la période de l’Occupation puis compositeur et, enfin, écrivain.
NB
« Hommes et problèmes du jazz », André Hodeir, éditions Parenthèses.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *