Allez aux concerts

Le jazz se marie avec le bonhomme hiver.

« Sons d’hiver », festival de jazz du Val de Marne s’est installé dans le paysage. Il fête sa 23e année. Un bel âge. Pour son ouverture, le 23 janvier, il propose un duo, Marial Solal, virtuose du piano, né le 23 août 1927 à Alger/Bernard Lubat, piano mais aussi accordéon, batterie, percussions né le 12 juillet 1945 à Uzeste. Ces deux là se connaissent, ils se sont déjà rencontrés. Deux caractères opposés. L’un joue du piano d’abord en lisant puis maintenant en regardant la télé presque 24h sur 24, l’autre se veut plus trublion, plus dérangeant tout en servant la musique. Lubat est souvent imprévisible, une force et une faiblesse. Déstabiliser le compagnon est souvent nécessaire pour lui fait jouer ce qu’il pensait ne pas savoir jouer. Pour dire qu’il ne faudra pas rater cette ouverture. La fermeture, le 16 février, se fera avec un compagnon de toujours de Lubat, le vocaliste/percussionniste André Minvielle pour un « Bal à la java », une musique populaire française que le jazz ne peut oublier. Entretemps il ne faudra pas rater le retour du pianiste Anthony Davis qui avait suscité beaucoup d’espoirs de renouveau dans les années 1990, François Couturier, pianiste secret, l’ONJ, Emile Parisien, Wadada Léo Smith… Soit un mélange qu’il faut saluer de tous les jazz. Le choix sera difficile. Sans compter, comme c’est souvent le cas désormais, les conférences, les concerts gratuits et tout le reste.
Nicolas Béniès.
« Sons d’hiver », du 23 janvier au 16 février, rens. 01 46 87 31 31, www.sonsdhiver.org

Il ne faut pas oublier Nantes…

Pannonica est une scène nantaise de jazz et de musiques improvisées, avec une programmation époustouflante. Pour ce mois de février, « The Boxettes » groupe qui se qualifie de hip obsession et un projet de Alexandre Pierrepont – créateur du label RogueArt pour enregistrer la musique actuelle de Chicago – réunissant deux contrebasses, deux batteries, dont celle de Hamid Drake un des batteurs importants d’aujourd’hui et celle de Ramon Lopez, un autre percussionniste superbe et un saxophoniste alto, Stéphane Payen. « The Bridge », le pont est un titre évident.
Rens. 02 51 72 10 10, billeterie@pannonica.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *