Quand le livre fait le beau.

De catalogues en catalogues…qui peuvent être des livres tout simplement.

Les catalogues d’exposition ont une drôle de vie. Il en est qui disparaissent derrière les fastes de l’exposition, d’autres qui se mettent en lumière à la place de l’exposition, d’autres encore qui savent vivre leur vie. Tout est ouvert. Il ne faut se contenter ni de l’une ni de l’autre. Elle et il ne sont pas forcément complémentaires.

C’est le cas pour ce « Paris vu par Hollywood ». L’exposition à l’Hôtel de Ville de Paris a été quelque peu décevante, le livre qui porte le même titre ( dirigé par le commissaire de l’exposition, Antoine de Baecque) apporte des éléments d’analyse intéressants, surtout par cette mise en perspective – et en abyme – de la Capitale représentée dans le cinéma américain. Le rappel, nécessaire, pour comprendre cette attirance, Paris, avec Pathé, au temps du muet, est la ville de référence dans le cinéma. Minnelli se dira influencé par Renoir et Cocteau et il ne sera pas le seul.

Dans l’introduction, Antoine de Baecque rappelle ces liens et Jean-Yves de Lépinay parle de l’Eiffel Power, la tour Eiffel comme représentation unique de Paris, image d’Epinal qui a fait le tour du monde. L’auteur note que ce n’est pas tout à fait vrai. Que beaucoup de cinéaste, à commencer par Michael Curtiz dans le mythique « Casablanca » rôde autour du quartier latin et que Minnelli dans « Un Américain à Paris » place plutôt son action à Montmartre ou du côté de l’Arc de triomphe.

Le « Paris historique du muet » fait l’objet de deux contributions, une sur Griffith, cinéaste du Sud des États-Unis, raciste et partisan du Ku-Klux-Klan et pourtant génial – oui, ça arrive -, auteur de « La naissance d’une nation », film fondateur de l’art du cinéma, l’installant au même rang que la peinture ou sculpture. Ses relations avec Paris sont distanciées mais réelles. Il était impossible de faire l’impasse sur « La révolution française vue par Hollywood ».

Le deuxième, « Le Paris sophistiqué de la comédie sentimentale », commence par Lubitsch qui avait, c’est du moins la démonstration que tente Marc Cerisuelo, une « Parisian touch » – alors que l’on croyait qu’il était typiquement viennois à l’humour juif sinon freudien. Une façon de revisiter cet auteur. Il était difficile d’éviter le thème de la Parisienne, figure qui, aujourd’hui encore, sert de référence dans la presse et pas seulement féminine. La Parisienne est ravageuse mais aussi sert de représentation de la femme libérée, « garçonne ». Une parisienne en est le portrait, Danielle Darrieux.

Je serai moins laudateur sur Maurice Chevalier qui, c’est vrai, a représenté la gouaille parisienne mais ce personnage a quelque chose de surfait.

Le chapitre 3 se penche sur « L’apogée du cancan film » dont on retrouve des traces y compris dans « L’incendie de Chicago ». le « french Cancan » a, sans aucun doute, tout autant représenté Paris que la Tour Eiffel. Les films autour de Toulouse Lautrec, de ces danseuses célèbres sont légions. Il ne fallait pas oublier non plus l’influence que la Nouvelle vague cinématographique française – à la fin des années 50 – eût sur le cinéma américain. Mais déjà se profile le déclin de « l’usine à rêves » qui a su donner des visages à la culture américaine. Si « Hollywood joue dans Paris » – le chapitre 4 -, c’est que les studios ne sont plus ce qu’ils étaient. Audrey Hepburn sera une des représentations de Paris, un renversement pas aussi paradoxal qu’il le paraît au premier abord. Dans le même temps, Paris a aussi changé.

Et le tout se termine, c’est logique, par Woody Allen et sa comédie musicale « Tout le monde dit I love you », un superbe hommage à la Capitale mais aussi à la comédie musicale, un genre à part entière du cinéma et du cinéma américain en particulier – une création singulière que ces « musicals » – et le dernier grand film du cinéaste. « Minuit à Paris », le dernier en date de rencontre entre Woody Allen et Paris, est un peu facile avec un scénario qui s’effiloche.

Chaque chapitre se conclut par une filmographie sélective et, en annexe, une « Chronologie du cinéma américain » pour avoir quelques repères. L’iconographie est soignée mais ce n’est pas elle qui fait tout l’intérêt de ce livre. Les auteur(e)s donnent envie d’en savoir plus, de voir les films dont ils parlent. C’est à cette aune qu’il faut jauger la réussite de ce beau livre.

Nicolas Béniès

« Paris vu par Hollywood », sous la direction de Antoine de Baecque, Skira/Flammarion.

Venise, ville monde représentée par Canaletto.

« Canaletto à Venise » est à la fois une exposition « présentée sous le haut patronage de la ville de Venise », visible jusqu’au 10 février 2013 au Musée Maillol et un livre, sous la direction de Annalisa Scarpa, aussi commissaire de l’exposition.

Ce livre est le catalogue de cette exposition, grande première par son importance et sa pertinence. Les 50 œuvres du peintre vénitien, adulé de son vivant comme aujourd’hui – ses œuvres sont toujours cotées sur le marché de l’art –, comme les dessins extraits de son carnet pour indiquer sa méthode de travail sont présentés pour la première fois. Ils sont commentés de manière à faire comprendre la place de Giovanni Antonio Canal – avec un nom pareil il ne pouvait être que de Venise ! – (1697 – 1768) et ses créations. Les auteur(e)s mettent en regard les plans de Venise de l’époque pour indiquer la part de rêve des « vedute » du peintre.

Mais ce livre est plus qu’un catalogue. Annalisa Scarpa, en un essai d’ouverture, démontre comment Canaletto a conquis la couleur et a exalté la lumière – une patte spécifique, un objectif difficile qui permet de reconnaître un peintre. Les auteur(e)s insistent sur la déconstruction de Venise de Canaletto pour qu’il constitue son propre monde, son propre masque de cette ville. Pour ce faire, L. Puppi reproduit des cartes de l’époque, des vues de Venise. Une confrontation qui fait la démonstration de la créativité du peintre. Alain Tapié parlera d’une « quête de l’illusion ».

Pour la notoriété de Canaletto, le marchand d’art anglais et collectionneur Joseph Smith – quoi de plus Anglais que ce nom là ? – jouera un très grand rôle. Irina Artemieva propose ici un « regard russe sur les œuvres, les « vedute », du peintre.

Au total, une exposition à voir et un livre à lire. Les deux se complètent.

Nicolas Béniès.

« Canaletto à Venise », Gallimard/Musée Maillol.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *