A propos de l’annulation du cours d’économie de l’Université populaire.

Un détail en forme de grain de sable de la taille d’un gros décor…

Aujourd’hui, 28 janvier 2016 j’étais en route pour le Panta théâtre lorsque je me suis aperçu que mon téléphone avait sonné bien avant mon départ et que je n’y avais pas prêté attention. Erreur fatale comme disent les ordinateurs.
C’était le Panta qui me disait que le cours d’économie était annulé. Annulé alors que nous sommes à un moment fatidique du début d’une crise financière, c’est plus qu’une faute! Il me fallait bien me rendre à l’évidence. Il n’était pas possible de nous accueillir. Un décor encombrant devait être livré juste – évidemment ! – au moment où le cours aurait dû commencer.
J’ai dû me résoudre à vous laisser découvrir à la porte le petit mot de l’annulation.
Désolé d’autant que je m’étais préparé à ce dernier cours avant la fin mars.
Il faut bien que, dans ce monde moderne et barbare, faire de la place au risque – et non pas de l’incertitude ici – de l’annulation.
C’est assez rare pour ne pas en vouloir au Panta…

Pour tous ceux et toutes celles qui ont accès à ce site, vous pourrez lire un article que j’ai écrit récemment – en fait deux articles complémentaires – sur cette troisième crise financière.

A bientôt.

Nicolas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *